L'association écologique affirme, dans un communiqué, que la semaine dernière, les travaux de requalification de l'accès à la plage ont commencé à Fonte da Telha, dans la municipalité d'Almada, qui comprennent le pavage d'un chemin d'accès en terre, situé sur une dune principale, dans les environs de la zone de paysage protégé du fossile Arriba de la Costa de Caparica.

Zero considère que les travaux en cours «vont non seulement imperméabiliser de façon spectaculaire un tronçon considérable à côté de la ligne d'eau et de la falaise fossile», mais aussi «permettre d'augmenter l'accès et l'implantation de plus d'activités dans un environnement déjà sensible et vulnérables au changement climatique et à l'élévation du niveau de la mer ».

L'association affirme que le projet «n'est prévu dans aucun plan connu», étant même «contraire aux lignes directrices établies», ajoutant que le programme Côte côtière (POC Alcobaça-Espichel) «est muet en ce qui concerne toute intervention dans les accès dans ce emplacement, en identifiant toute cette zone comme une dune principale ».

«Le plan d'action Litoral XXI, approuvé et publié en octobre 2017, indique plusieurs lignes directrices pour cet emplacement, à savoir« atténuer le risque en restaurant le système naturel des dunes primaires et secondaires (…) », ainsi que des mesures de« démolition et la suppression des structures situées dans les bandes de sauvegarde (…), y compris la mise en œuvre des actions de retrait prévues (…) », sauvegarde Zero.

Pour l'Associação Terrestre Sustentável, «il n'est pas du tout compréhensible que le gouvernement, par le biais de l'Agence portugaise de l'environnement, ait approuvé les travaux en cours, car ils sont contraires à toutes les directives émises et peuvent même avoir des effets négatifs, contrairement à la planification réalisée, en encourageant l'augmentation de la charge dans une zone sensible ».

Zero comprend qu'il s'agit d'un «grave précédent», car il «ouvre la possibilité d'interventions similaires le long des zones côtières, augmentant la vulnérabilité de la côte portugaise».

Il est prévu d'interroger l'Agence portugaise de l'environnement sur la «justification de cette décision, qui est venue publiquement à prendre sa décision, en mentionnant également que la chaussée était semi-perméable».

"C'est encore inadmissible pour Zero, étant donné que le pavage de la route contribue clairement à une dégradation du paysage de la région, ce qui est vraiment inconcevable", souligne l'association écologique.

Zero cite le rapport du Groupe de travail sur le littoral pour mentionner qu'environ 60% de la côte du territoire continental "présente une grande vulnérabilité aux phénomènes climatiques extrêmes, à savoir les inondations et les débordements, qui se sont produits plus fréquemment au cours des deux dernières décennies" .

JME // JPS