Organisée par l’Academia de Música de Espinho, la 48e édition de cet événement dans le quartier d’Aveiro se déroule jusqu’au 30 juillet et continue de se concentrer sur différents genres de musique classique, offrant, à des prix compris entre zéro et 10 euros, divers classiques, jazz et « musiques du monde » par des solistes et des collectifs qu’Alexandre Santos, coordonnateur de l’équipe de programmation de l’événement, décrit comme « certains des interprètes et des projets créatifs les plus remarquables d’aujourd’hui ».

Le programme de l’édition 2022 se veut, d’une part, « critique et intense » et, d’autre part, « éclectique et transversal », donc à un cadre traditionnel comme l’Auditorium d’Espinho, le festival ajoute de nouvelles scènes cette année: l’un d’eux est Praça Progresso, dans l’avenue au-dessus du tunnel ferroviaire de la ville mère de l’événement, et un autre est l’Igreja dos Camelitas Descalços, à Porto, où le claveciniste français Jean Rondeau interprétera l’aria avec 30 variations qui Bach aura écrit pour que le musicien Johann Gottlieb Goldberg puisse « accompagner les insomnies du comte Keyserling ».

Le premier des concerts du FIME est cependant celui qui réunit l’Orquestra Clássica de Espinho et le Belmondo Quintet, qui, sous la direction de Diogo Costa, évoquera la période après la Première Guerre mondiale, lorsque les sons des Amériques envahirent l’Europe. .et des œuvres modernistes inspirées comme le « Boléro » de Ravel.

Vient ensuite la représentation de la Real Filharmonía de Galicia, dans laquelle la chef d’orchestre Joana Carneiro dirigera la violoniste russe Alena Baeva dans des œuvres de Beethoven et de Prokofiev — un compositeur qui, comme l’observe Alexandre Santos, est né en Ukraine à l’époque de L’impérialisme russe et a écrit ceci « Entre la France, la Russie et l’Azerbaïdjan ».

Après cela, il y a le concert du Grupo de Percussion de l’Escola Profissional de Música de Espinho, dans un registre destiné aux enfants et aux jeunes, avec des œuvres de Séjourné, Zivkovic, Kagel, Trevino, Globokar et LaBozzetta, et aussi le spectacle « Digital Africa », dans la mesure où le luthiste tunisien Dhafer Youssef explorera les univers africains avec la kora du Malien Ballaké Sissoko et la guitare du Norvégien Eivind Aarset.

Ce dernier musicien se produira également dans le concert de l’Ensemble Gurdjieff, dont le nom évoque le mystique et instrumentiste George Gurdjieff (1866-1949), et dont le répertoire explore les musiques traditionnelles d’Arménie et du Moyen-Orient. « Idolant des mélodies et des timbres caractéristiques d’un complexe géographique qui relie l’Europe et l’Asie, dans un concert surprenant, avec une atmosphère de liberté et d’exploration sans compromis, dans lequel les idées d’ascendance et de tradition s’opposent et se matérialisent dans l’espace numérique », dit Alexandre Santos . .

Le FIME 2022 présente ensuite : l’Espinho Jazz Orchestra avec le pianiste et compositeur américain Vijay Iyer, spécialiste des musiques créées par des Asiatiques vivant aux États-Unis ; la pianiste allemande Alice Sara Ott, qui a sorti en 2021 l’album « Echoes of Life », avec des œuvres de Chopin et d’auteurs contemporains, via Deutsche Grammophon ; et le Crosscurrents Trio, dans lequel l’Américain « Chris Potter, l’un des saxophonistes les plus marquants de notre temps, rejoint l’Indien Zakir Hussain, maître des tablas, et le bassiste britannique Dave Holland, un nom historique du jazz ».

La programmation du festival comprend également l’Orquestra da Academia Barroca de Ambronay, avec violoncelle et direction musicale de la française Ophélie Gaillard, dont le programme couvre « des symphonies de Mozart et Haydn à la virtuosité de Boccherini », ainsi que le duo français composé du clavecin de William Christie et du violon de Théotime Langlois de Swarte, centré sur « la fantaisie et l’expressivité du baroque ».

Si c’est également durant cette période historique que le contre-ténor allemand Andreas Scholl et le luthiste bosniaque Edin Karamazov deviennent des références, Espinho apportera une proposition qu’Alexandre Santos qualifie de « différente : des œuvres essentielles du répertoire élisabéthain pour luth et voix, et des œuvres de le compositeur cubain Leo Brouwer, dans des versions traditionnelles ou contemporaines ».

Comme derniers concerts, le FIME propose le Duo Jost Costa, dont la performance à deux pianos constituera « un voyage sous-marin à travers la musique de Debussy et l’art vidéo de Katharina Wibmer, dans un spectacle décontracté pour toute la famille », et, enfin, le Orchestre classique d’Espinho, qui, dirigé par Sérgio Alapont, aura comme soliste la chanteuse espagnole Estrella Morente. « Grande interprète de flamenco, elle présentera des œuvres emblématiques du modernisme espagnol, qui oscillent entre l’exotique et l’authentique. Des orchestrations colorées de Manuel de Falla aux recueils de son ami et poète Federico García Lorca, l’esprit andalou visitera Estrella Morente et l’incarnera dans sa voix », anticipe Alexandre Santos.

La billetterie du 48ème FIME ouvre aujourd’hui à 14h00. Les concerts à entrée gratuite peuvent être soumis au retrait préalable du billet correspondant.

AYC // MAG