Selon les données publiées aujourd'hui par l'Institut national de la statistique (INE), l'impact de la pandémie de Covid-19 et des mesures restrictives adoptées en matière d'espace aérien a été «significatif» en mars, avec «des réductions marquées des mouvements de passagers dans les principaux aéroports nationaux », qui se situaient entre 55,8% à l'aéroport de Porto et 49,1% à l'aéroport de Funchal.

Cet impact était plus visible dès le début de la seconde quinzaine de mars, avec des réductions supérieures à 90% dans les derniers jours.

Au premier trimestre, 40,3 milliers d'avions commerciaux ont atterri dans les aéroports nationaux, ce qui représente une baisse de 12,7% sur un an.

L'aéroport de Lisbonne a été responsable de plus de la moitié du total des mouvements de passagers (57,2%, ce qui correspond à 5,4 millions de passagers), ayant enregistré la plus faible baisse (13,5% en glissement annuel et 8,4 % en chaîne).

À l'aéroport de Porto, il y avait le deuxième plus grand volume de passagers traités dans le pays (23,2% ou 2,2 millions de passagers) et une baisse de 5,6% (après une augmentation trimestrielle de 7,4%) .

À l'aéroport de Faro, il y a eu un mouvement de 762,3 milliers de passagers (8,1% du total), ce qui correspond à une réduction de 24,8% (+ 0,1% au trimestre précédent).

Aux aéroports de Ponta Delgada et de Funchal, il y a eu des baisses de 15,7% et 16,1% respectivement (+ 3,8% et -0,6% au quatrième trimestre 2019, dans le même ordre).

Le transport métropolitain, quant à lui, a baissé de 5,6% par rapport à la même période de l'année dernière (après une hausse de 13,8% au quatrième trimestre 2019) avec 58,8 millions de passagers transportés, du fait de la forte baisse du nombre de passagers au mois de mars (45%), reflétant la quasi-paralysie du transport de passagers dans les transports publics depuis la mi-mars en raison de la pandémie.

Le transport intérieur de passagers a diminué de 12,1%, après une augmentation de 6,2% au dernier trimestre de 2019, atteignant 4,3 millions de passagers transportés.

Le transport de fret aérien est le seul à avoir maintenu la tendance à la hausse, malgré le ralentissement, enregistrant une hausse de 4,2%, après avoir progressé de 16,2% au dernier trimestre 2019.

Le transport maritime, ferroviaire et routier de marchandises a également diminué de 2,7% dans les ports maritimes nationaux (-2,9% au trimestre précédent), de 7,3% par rail (-12,3% au trimestre précédent) et 2,8% par autoroute (+ 0,6% au quatrième trimestre 2019).

Le Portugal compte au moins 1 447 décès associés à la covid-19 dans 33 261 cas d'infection confirmés, selon le dernier bulletin quotidien de la direction générale de la santé (DGS) publié mercredi.

Le Portugal est entré le 3 mai dans une situation de calamité due à la pandémie, qui a été prolongée vendredi jusqu'au 14 juin, après trois périodes consécutives en état d'urgence depuis le 19 mars.

Cette phase de lutte contre covid-19 prévoit l'internement obligatoire uniquement pour les personnes malades et sous surveillance active et l'utilisation obligatoire de masques ou de visières dans les transports publics, les services publics, les écoles et les établissements commerciaux.

De nouvelles mesures sont entrées en vigueur le lundi 1er juin, en mettant l'accent sur l'ouverture de centres commerciaux (à l'exception de la zone métropolitaine de Lisbonne, où ils resteront fermés jusqu'au jeudi au moins), des gymnases ou des salles de concert .

Ces mesures s'ajoutent à celles entrées en vigueur le 18 mai, notamment la reprise des visites aux usagers des maisons de repos, la réouverture des crèches, les cours en face à face pour les 11e et 12e années et la réouverture magasins de rue, cafés, restaurants, musées, monuments et palais.

Samedi, les cérémonies religieuses communautaires sont revenues tandis que l'ouverture de la saison balnéaire aura lieu le samedi 6 juin prochain.

ICO // EA