Au cours du débat sur les propositions présentées aujourd'hui en plénière, le sous-secrétaire d'État au Travail et à la Formation professionnelle, Miguel Cabrita, a rappelé que les directives sont le résultat d'un «dialogue social à l'échelle européenne» et introduisent «des changements significatifs pour renforcer les droits et conditions travailleurs de la pêche et des activités maritimes ».

Selon le ministre, le projet de loi n ° 45 / XIV / 1.ª, qui transpose les directives européennes, vise à introduire des améliorations dans le secteur, telles que la reconnaissance du droit du pêcheur à examiner et à demander conseil sur les clauses du contrat de travail avant son élaboration et modifie les limites du travail de nuit entre 22h00 et 07h00 ou assure, au moins, neuf heures de repos consécutives.

D'autre part, il entend garantir le paiement d'une indemnité pour la mort des gens de mer ainsi que, en cas de piraterie ou de vol à main armée, que le contrat de travail continue de produire ses effets, à savoir assurer le paiement des salaires.

Du côté des parties, le député du PCP, João Dias, a déclaré que les dispositions présentées peuvent aider à améliorer ou à résoudre des problèmes qui traînent depuis longtemps dans le secteur, tels que «l'amélioration de la sécurité, des soins médicaux en mer», le repos et protection associés à un contrat de travail écrit, notant que d'autres problèmes liés au secteur méritent la même attention de la part du gouvernement.

Le député João Almeida du CDS-PP a noté que les directives «ont un impact significatif sur le secteur», ajoutant qu'il est nécessaire d'harmoniser les exigences concernant les conditions de sécurité et regrettant que le gouvernement n'ait pas présenté la proposition dans un délai plus long compte tenu de la date du débat.

La députée Sandra Pereira du PSD, pour sa part, a souligné que le secteur de la pêche «est très important pour le Portugal», soulignant que le «PSD est toujours à l'avant-garde» en termes de renforcement des droits, des garanties et de la dignité de la secteur.

João Castro do PS a souligné que la pêche est une «activité dangereuse» avec un taux de mortalité élevé et, en ce sens, ces lignes directrices permettront de garantir des conditions de travail décentes, une alimentation et une sécurité.

La députée non enregistrée Cristina Rodrigues a estimé qu '"il y a une frontière" entre l'augmentation de la capacité de pêche et la sécurité à bord, arguant également que les fonds publics du Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche (FEAMP) ne devraient pas être utilisés pour augmenter la capacité de pêche, si elles mettent la «protection de la biodiversité encore plus en danger».

Enfin, José Soeiro do BE a déclaré que le parti surveillait toutes les «mesures, efforts et initiatives visant à renforcer la sécurité et les conditions de travail», regrettant également que le gouvernement ait présenté cette transposition tardivement.

A l'issue du débat sur ce point de l'ordre du jour, Miguel Cabrita a noté «le suivi général des préoccupations du gouvernement» par les parties, expliquant le peu de temps qu'il a accordé aux groupes parlementaires pour analyser les directives relatives à la nécessité de se conformer les délais de transposition ou d'atténuation des retards.

PE // MSF