1-1-e1669908198824-png

Table des matières

Vision | Covid-19: la direction de TAP fera tout pour maintenir les emplois –

Le conseil d'administration (CA) de la TAP a garanti, lors d'une réunion avec quatre syndicats, que «tout sera fait pour rendre l'entreprise viable et maintenir les emplois», selon un communiqué publié aujourd'hui par les structures syndicales.

La réunion des administrateurs, au sein d'un organisme dans lequel l'État est représenté, s'est tenue avec Sitava (Syndicat des travailleurs de l'aviation et des aéroports), le Syndicat national du personnel navigant de l'aviation civile (SNPVAC), le Syndicat des techniciens de maintenance des aéronefs (Systemma) et le Syndicat national des ingénieurs et ingénieurs techniques (SNEET).

Les structures syndicales «ont interrogé le conseil d'administration sur la poursuite du régime de« licenciement », une mesure qui pénalise sévèrement les travailleurs», ayant également exprimé «sa grande inquiétude quant à la poursuite de ce régime qui ne ferait qu'aggraver la situation financière de larges franges des travailleurs des entreprises du groupe TAP, qui ont vu leurs revenus atténués bien au-delà du tiers prévu par le régime de licenciements ».

Ces entités ont également abordé le «besoin de clarifier les conditions dans lesquelles la soi-disant assistance TAP sera effectuée et ses effets sur l'entreprise dans un avenir immédiat», l'AC étant «en train de communiquer que tout sera fait pour rendre l'entreprise viable et maintien des emplois ».

Au cours de la réunion, «la taille actuelle du marché résultant de la crise pandémique a également été abordée, le Conseil d'administration garantissant que l'augmentation des opérations commencera à se produire immédiatement, se renforçant considérablement au cours des mois de juillet et août», lire si sur la même note.

Les syndicats ont également déclaré qu '«ils attendent de l'actionnaire majoritaire (État) que tout soit fait pour garantir la continuité de toutes les entreprises du groupe TAP, en maintenant leurs capacités afin de continuer à servir le pays et la diaspora, alimentant l'important secteur du tourisme et remplissant ainsi son objectif national de contribuer à l'amélioration des conditions économiques du pays », selon le communiqué.

Les structures syndicales ont rappelé aux administrateurs "qu'en dépit de la crise pandémique, les accords d'entreprise restent en vigueur et doivent être respectés".

«Nous espérons que le caractère raisonnable et le bon sens prévaudront et que les conditions proposées par le gouvernement seront acceptées très rapidement, afin que le financement dont le Groupe TAP a tant besoin pour la reprise de l'opération puisse être mis en œuvre immédiatement», ont conclu les syndicats.

Le 10 juin, le ministre de l'Infrastructure et du Logement, Pedro Nuno Santos, a déclaré que le TAP pourrait actuellement avoir une dimension supérieure à celle dont il aura besoin dans les années à venir, ce qui est l'une des conditions de la Commission européenne pour approuver le soutien.

«Nous pouvons désormais avoir une entreprise de dimension plus importante que les besoins des prochaines années. C'est une condition de la Commission européenne », a déclaré le ministre, lors d'une conférence de presse à Lisbonne, après l'annonce de l'approbation de Bruxelles pour un soutien de l'Etat au TAP d'un montant maximum de 1,2 milliard d'euros.

Cependant, le ministre a déclaré qu'il pensait qu'il était possible de présenter à la Commission européenne "une bonne affaire" qui n'entraîne pas une "restructuration excessive du TAP".

ALYN (MPE) // JLG

Articles récents