"Soit le PSD comprend qu'il doit mener ces réformes structurelles avec Chega, au lieu d'appeler à des modérations et à moins de radicalisation, soit il ne comptera sur Chega, ni pour aucun gouvernement, ni pour aucune base d'incidence parlementaire", a-t-il déclaré Ventura en Algarve, interrogé par des journalistes sur ce qui l'éloignait du parti dirigé par Rui Rio.

S'exprimant à l'entrée d'un dîner-rassemblement à Almancil, dans la commune de Loulé, André Ventura a réitéré qu'il ne fera «d'arrangements à huis clos» avec aucun parti, soulignant que, dans le cas du PSD, le «bal» est du côté du parti : «Le ballon n'est pas de notre côté, contrairement à ce que dr. Rui Rio, le ballon est du côté du PSD ».

Selon André Ventura, le parti va désormais officialiser des projets de révision constitutionnelle dans le domaine de la lutte contre la grande criminalité, la réforme du système politique, la réduction du nombre de politiciens, la castration chimique des pédophiles et la réclusion à perpétuité.

«Il faut demander au Dr Rui Rio ce qu'il va faire par rapport au projet de révision constitutionnelle que Chega présentera début septembre, lorsque nous reviendrons en session législative», a souligné le président et unique adjoint de Chega.

André Ventura a ajouté qu'il avait déjà dit à Rui Rio et aussi à tous ceux qui lui parlaient: «Chega n'est pas le CDS. Et donc, ne comptez pas sur Chega pour tout accord de béquille », a-t-il renforcé.

Concernant les déclarations «  off '' d'António Costa en marge d'un entretien avec Expresso, dans lequel il a qualifié les médecins de lâches, dans le contexte de l'épidémie de covid-19 dans la maison Reguengos de Monsaraz, André Ventura s'est dit "étonné" par la silence de la «grande majorité» du PSD, ainsi que du BE et du PCP.

«Si André Ventura avait fait ces déclarations, de droite à gauche, les attaques, insinuations, affirmations, démissions, responsabilités, etc. se seraient multipliées», a-t-il conclu.

Avant le début du dîner-rassemblement, près de la clôture de l'espace où se déroulait l'événement, une dizaine de manifestants se sont rassemblés en chemises de nuit noires et affiches de protestation contre Chega, qui serait bientôt retirée du site par le GNR.

La première «rentrée» politique de Chega s'est déroulée dans un club où opère un restaurant et qui est simultanément un espace de divertissement nocturne, à Almancil, dans la commune de Loulé, réunissant 400 personnes, selon l'organisation.

MAD // JPS