"Un rapport infesté de mensonges, préparé à distance, sans aucune rigueur méthodologique, par une mission fantôme dirigée contre le Venezuela et contrôlée par des gouvernements subordonnés à Washington", a écrit Jorge Arreaza sur le réseau social Twitter.

Le responsable a ajouté que le rapport "illustre la pratique perverse" des Nations Unies (ONU) de "faire de la politique avec les droits de l'homme et non avec la politique des droits de l'homme".

Les enquêteurs d'une mission internationale de l'ONU ont accusé aujourd'hui le président vénézuélien et ses ministres de l'Intérieur et de la Défense d'être impliqués dans des crimes graves commis par les forces de sécurité du pays.

L'équipe d'enquêteurs – qui a publié son premier rapport mais ne s'est pas rendue au Venezuela – a affirmé avoir détecté des preuves de crimes contre l'humanité et a indiqué qu'elle avait «de bonnes raisons de penser que le président» et les ministres de l'Intérieur et de la Défense "A ordonné ou contribué à ordonner des crimes commis", a déclaré dans un communiqué l'avocate portugaise Marta Valiñas, qui dirige l'équipe d'enquêteurs.

Certains de ces crimes, "y compris les morts arbitraires et le recours systématique à la torture, entrent dans le cadre des crimes contre l'humanité", a-t-il déclaré.

"Ces actes sont loin d'être isolés, ces crimes ont été coordonnés et commis au nom des ordres de l'Etat en règle et avec le soutien direct de hauts et hauts fonctionnaires du gouvernement", poursuit le rapport de 411 pages.

Les graves violations des droits de l'homme signalées par l'équipe d'enquêteurs ont été perpétrées dans le cadre d'opérations menées par toutes les agences de sécurité de l'État au Venezuela: la Force armée nationale bolivarienne, y compris la Garde nationale bolivarienne, la Police nationale bolivarienne et les Forces d'action spéciales.

Le rapport comprend également l'Organe des enquêtes scientifiques, criminelles et médico-légales, la Direction générale de la contre-information militaire et les forces de police de l'État et des municipalités.

Aujourd'hui encore, l'opposition du Venezuela a estimé que le rapport de la Mission d'enquête internationale désignée par l'ONU qui accuse le gouvernement de crimes contre l'humanité est "une étape très importante" pour déterminer les responsabilités.

"C'est une étape très importante qui s'est produite aujourd'hui, pour une mission indépendante de déterminer qu'au Venezuela la violation des droits de l'homme est une politique d'État", a déclaré à l'agence de presse Efe le député de l'opposition Miguel Pizarro, désigné par Juan Guaidó. – reconnu comme président par intérim par 50 pays – en tant que représentant à l'ONU.

AFE (PCR) // SR

Contenu du Venezuela: Caracas dit que le rapport de l'ONU est "infesté de mensonges" apparaît en premier dans Vision.