Les avocats ont déclaré qu'ils poursuivraient les autorités en justice pour la mort de Trayford Pellerin, survenue vendredi soir et filmée.

La police locale a déclaré que l'homme avait un couteau et essayait d'entrer dans un dépanneur.

L'Union américaine des libertés civiles (ACLU) en Louisiane a condamné ce qu'elle a décrit comme "un incident horrible et mortel de violence policière contre une personne noire".

L'ACLU et le Southern Poverty Law Center ont rapidement appelé à une enquête sur l'affaire.

La mère de Trayford Pellerin a déclaré que son fils était intelligent, timide et avait cherché une thérapie pour l'anxiété sociale.

La mort de Pellerin, qui a été abattu à plusieurs reprises, a incité une foule de manifestants à se réunir samedi et à protester contre les dernières fusillades mortelles de la police.

Des agents en tenue anti-émeute ont tiré des bombes fumigènes samedi soir pour disperser la foule, a déclaré le policier Derek Sénégal, affirmant que des gaz lacrymogènes n'avaient pas été tirés sur la foule.

Lors d'une conférence de presse samedi soir, les responsables locaux ont déclaré que la manifestation avait commencé pacifiquement, mais que la violence avait ensuite explosé avec des feux d'artifice contre des bâtiments et des incendies au milieu de la route.

«Notre intention est simplement de ne pas permettre aux gens de déranger notre ville et de mettre nos citoyens, nos chauffeurs et nos quartiers en danger», a déclaré le chef de la police par intérim, Scott Morgan.

Des arrestations ont été effectuées, a déclaré Morgan, sans révéler le nombre exact.

"Nous soutenons les droits des gens au premier amendement", a déclaré le shérif de la ville de Lafayette, Mark Garber.

"Cependant, en ce qui concerne la destruction de biens, nous n'autoriserons pas la destruction de Lafayette", a ajouté Garber.

Vendredi soir, la police de Lafayette a suivi à pied Pellerin, 31 ans, lorsqu'il a quitté un dépanneur, où il avait créé un trouble avec un couteau, selon une note de la police d'État de Louisiane.

Les pistolets paralysants n'ont pas réussi à l'arrêter et la police a tiré sur Pellerin, qui tentait d'entrer dans un autre dépanneur, toujours avec le couteau, selon un communiqué de presse.

La famille estime que Pellerin a peut-être eu une crise liée à sa santé mentale et qu'il n'a pas été aidé par la police, a déclaré l'avocat Ben Crump.

La police de Lafayette a demandé aux forces de l'État d'enquêter sur l'incident, une procédure standard dans l'État pour les fusillades impliquant la police locale.

"Les policiers impliqués doivent être licenciés immédiatement pour leurs actions abominables et fatales", a déclaré Crump dans un communiqué.

L'incident était la troisième fusillade de la police Lafayette depuis la mi-juillet.

RSE // ZO

Le contenu de la famille afro-américaine tué par la police va poursuivre les autorités américaines en justice apparaît en premier dans Vision.