Après toutes les voix dissidentes pointant vers la corruption, Sábado en ligne a confirmé que la police PJ enquêtait sur le «feu vert» donné par les agences gouvernementales APA et l'ICNF à un deuxième terminal passagers de Lisbonne à Montijo (cliquez ici).

En cause, expliquez que les rapports «sont les délits éventuels de falsification de documents, d'abus de pouvoir et de corruption».

Jusqu'à présent, des recherches ont eu lieu dans les bureaux de l'APA / ICNF et d'une société d'avocats.

Pour rappel, l’APA a donné au projet son «feu vert conditionnel» à la fin de l’année dernière, le confirmant finalement en janvier de cette année.

Les conditions impliquaient une liste de 160 exigences qui, selon les autorités aéroportuaires APA, lui coûteraient environ 48 millions d'euros.

Mais les ONG environnementales ont été consternées par la décision – même avec les mesures d'atténuation citées – disant qu'elle aurait des effets environnementaux dévastateurs qui ne pourraient jamais être récupérés (cliquez ici).

Huit d'entre eux (Almargem, ANP / WWF, A Rocha, FAPAS, Geota, LPN, SPEA et ZERO) ont affirmé que l'étude «n'avait pas respecté les lois nationales, les directives européennes et les traités internationaux». Ils ont engagé des poursuites judiciaires.

Mais c’est la plate-forme civique BA6-Montjo Não qui a toujours mis l’accent sur la supercherie «en coulisse».

En effet, José Encarnação de la plateforme s'est efforcé d'exposer ce qu'il pense avoir été le gouvernement «conditionnant de manière décisive» l'approche de l'APA – dans la mesure où il «a modifié le contrat de concession sans en informer le peuple portugais» et a essentiellement changé les règles et sapé un processus qui aurait dû être indépendant du pouvoir exécutif.

Les lecteurs se rappelleront peut-être que le gouvernement a toujours dit «il n’y a plus de temps à perdre» / plus de temps pour envisager d’autres options (cliquez ici). «Il n'y a pas de plan B», a déclaré l'an dernier le Premier ministre António Costa – un homme dont l'exécutif est soudainement devenu marqué par une obligation de gouverner par décret.

natasha.donn@algarveresident.com