Au vu des aveux complets de l'accusé, une femme de 50 ans, résidant à Coimbra, le procès – qui a débuté aujourd'hui – a fini par être résolu en environ deux heures et la lecture du jugement est prévue pour le 23.

La femme, Paula, a pris la parole au début de la session, affirmant que les faits contenus dans l'accusation "sont vrais".

"Tout est vrai et je veux tout clarifier", a-t-il déclaré.

La défenderesse a justifié ses actions en étant "désespérée" et sans "savoir quoi faire" face aux dettes qu'elle aurait: "C'était un acte de désespoir, je n'avais pas d'argent, je n'avais rien, je n'avais personne", a-t-elle affirmé.

Sur le profil des femmes enceintes et autres bénéficiaires d'allocations familiales qui, selon le parquet, lui ont rapporté 631 milliers d'euros sur plus de quatre ans, entre mai 2014 et fin 2018, la femme (qui a pleuré plusieurs fois) lors des déclarations qu'il a faites à la cour) ont admis qu'ils étaient tous fictifs.

«Ils ont été inventés par moi», a expliqué Paula, justifiant que le système informatique de l'Institut de sécurité sociale auquel elle avait accès «permettait de faire» les faux profils qu'elle «construisait».

Le juge en chef lui a demandé pourquoi, à un moment donné, elle avait échoué, l'accusé a reconnu que le stratagème avait pris fin parce qu'elle avait été découverte.

"Quand j'ai été découvert, c'était un soulagement, car je sentais que je ne pouvais pas m'arrêter", a-t-il affirmé.

Aux deux enfants, une fille maintenant âgée de 18 ans et un garçon de 28 ans, la femme a indiqué qu'elle avait contracté un prêt pour justifier l'argent qu'elle avait et qui lui garantissait un revenu d'environ six à sept mille euros par mois, selon la tribunal.

Interrogée sur les prétendues dettes, la femme a fini par impliquer son fils dans la justification, arguant que le garçon "était triste et un peu agité", soi-disant en raison de dettes de jeu qu'il n'était pas en mesure de payer.

«Il y a eu des moments où mon fils n'avait pas d'argent pour payer ses dettes (et je faisais de plus en plus. Avec de l'argent que je n'ai pas eu depuis si longtemps, j'ai été trompée, je voulais donner à mes enfants des choses à porter, pour se sentir bien », raconte-t-elle.

"Si je pouvais revenir en arrière, je reviendrais et ne ferais rien de tout cela", a déclaré le prévenu, aujourd'hui ouvrier, pleurant à nouveau.

La défenderesse n'a pas été en mesure de justifier où elle a dépensé un total de 631 milliers d'euros, dont «il ne reste plus rien aujourd'hui», admettant toutefois qu'en plus des dettes, l'argent a été utilisé pour acheter un véhicule, payé en espèces, pour environ quatre mille euros, des voyages en Algarve et à l'étranger et de l'argent remis au fils «fanatique d'Académica» pour cette «dépense entre amis» lors de voyages à Madère et aux Açores pour accompagner l'équipe de football.

Lorsque l'avocat de la défense a voulu en savoir plus sur les dettes de jeu du garçon, la défenderesse a répondu que son fils "devait les payer".

"Si je ne payais pas, il pourrait y avoir des malheurs et je ne voulais pas", a-t-il expliqué.

En revanche, interrogée par son avocat sur la réaction de son fils s'il lui demandait de l'argent et que Paula ne le lui donnait pas, à savoir s'il était violent, l'accusé a expliqué que le garçon «est violent quand il boit».

"Un certificat va encore sortir d'ici", a interrompu le président du tribunal, évoquant l'éventuelle pratique d'un délit, amenant l'avocat à changer de sujet.

Dans les dernières allégations, le procureur (MP), tout en soulignant les «aveux pleins et sans réserve de l'accusée», a critiqué les explications de Paula sur le motif des crimes dont elle est accusée, soulignant qu '«ils ne méritent aucune crédibilité». .

"Ce qu'il a fait avec l'argent, c'est vivre à sa guise", a conclu le procureur du député, notant que les 631 milliers d'euros "nous appartiennent tous", que l'argent de la sécurité sociale est ce dont les personnes dans le besoin "ont pour vivre et manger »et que« ce n'est pas pour cela »que Paula était dans la fonction publique, une intervention soutenue par l'avocat de l'agence d'Etat.

Sans être ému par le cri de la femme, le procureur n'était pas convaincu du regret exprimé: «Vous êtes désolée d'avoir été arrêtée. Si elle n'avait pas été rattrapée, peut-être qu'au lieu de 631 milliers d'euros, on parlait de millions », a souligné le magistrat, qui a demandé« une peine de prison effective »pour l'accusé, accusé des délits d'accès illégitime qualifié, fraude informatique qualifiée, fraude. informatique qualifiée, détournement de fonds et blanchiment d'argent.

La défense a admis que Paula "ne restera pas impunie" mais que, compte tenu de sa situation actuelle, avec un emploi où elle gagne le salaire minimum, une fille qui étudie, sur le point d'être "sans domicile" et sans casier judiciaire, a fait valoir "qu'elle mérite une opportunité »de la cour.

"A moins qu'il n'y ait une meilleure opinion, ce qui doit être fait est de donner à cet accusé une opportunité", a déclaré l'avocat de la défense, exhortant le tribunal à appliquer "une peine avec sursis", éventuellement en prévoyant un travail communautaire.

JLS // SSS