1-1-e1669908198824-png
Table des matières

Un dirigeant de Hong Kong dit qu'un an plus tard, tout le monde devrait tirer la leçon des manifestations

"Tout le monde doit apprendre sa leçon, y compris le gouvernement de Hong Kong", a déclaré Carrie Lam aux journalistes le jour où, il y a un an, environ un million de personnes sont descendues dans la rue pour protester contre les modifications de la loi sur l'extradition territoire. Lam n'a pas précisé quelles leçons auraient dû être tirées.

"Hong Kong ne peut pas supporter ce genre de chaos, et la population de Hong Kong veut un environnement stable et paisible pour vivre et travailler ici avec bonheur", a-t-il déclaré.

Le mouvement a refait surface l'année dernière, le 9 juin, lorsque des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue pour protester contre les amendements à la loi sur l'extradition que Carrie Lam voulait faire adopter.

«La manifestation de masse du 9 juin de l'année dernière a été enregistrée dans la mémoire collective des« Hongkongais »», a écrit sur Facebook le Front civique pour les droits de l'homme (FCDH), une organisation qui représente plus d'une douzaine de partis et d'organisations non gouvernementales. et responsable des plus grandes manifestations qui ont eu lieu au cours de l'année écoulée.

"Cela marque également le début de notre union pour la défense de notre ville bien-aimée", a-t-il ajouté.

Ce jour-là, une manifestation pacifique a rempli les rues de l'ancienne colonie britannique, avec des citoyens, vêtus de blanc, marchant dans la ville.

Un scénario qui, trois jours plus tard, a radicalement changé: environ 500 000 personnes, selon l'organisation, ont occupé la zone devant le Conseil législatif de Hong Kong, demandant une nouvelle fois la suppression de la loi d'extradition. Mais cette fois, la police a attaqué les jeunes manifestants à l'aide de gaz lacrymogène.

Le dimanche suivant, la couleur des vêtements des manifestants est passée du blanc au noir et les demandes ont augmenté: environ deux millions de personnes, sur un territoire d'environ 7,5 millions d'habitants, adultes, enfants, jeunes et personnes âgées sont sorties. rue pour arrêter les amendements à la loi d'extradition, contre les violences policières, vérifiées quatre jours plus tôt, et pour demander la démission de Carrie Lam.

Motivées par la proposition qui permettrait l'extradition de suspects criminels vers la Chine continentale, les manifestations ont évolué vers une campagne en faveur de la démocratie.

Le projet de loi a fini par tomber, mais il y a maintenant quatre demandes: la libération des manifestants détenus, que les actions des manifestants ne soient pas identifiées comme des émeutes, une enquête indépendante sur les violences policières et, enfin, la démission du chef du gouvernement et l'élection consécutive au suffrage universel pour ce poste et pour le Conseil législatif, le parlement de Hong Kong.

Le défi de la lutte pro-démocratique semble, après un an, désormais plus difficile.

Pékin veut imposer la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong, dont le projet de loi a été adopté lors de la clôture de la session annuelle de la législature chinoise le 28 mai. Le projet de loi a reçu 2 878 voix pour, une contre et six abstentions.

Le document maintenant présenté fait suite aux avertissements répétés du pouvoir communiste chinois contre la dissidence à Hong Kong, secoués en 2019 par sept mois de manifestations pour la défense des réformes démocratiques et presque toujours marqués par des affrontements avec la police.

L'année dernière, quelque 9 000 personnes ont été arrêtées à Hong Kong pour avoir participé aux manifestations, dont plus de 1 700 ont déjà été inculpées.

Une loi critiquée par la majorité de la communauté internationale et qui a conduit les États-Unis à cesser de considérer Hong Kong comme un territoire semi-autonome de la Chine continentale.

La loi de Pékin pour Hong Kong interdit «tout acte de trahison, séparation, rébellion, subversion contre le gouvernement populaire central, vol de secrets d'État, organisation d'activités à Hong Kong par des organisations politiques étrangères et établissement de liens avec des organisations politiques étrangères par des organisations politiques de Hong Kong ».

"Cela détruira complètement la formule" un pays, deux systèmes "et transformera (Hong Kong) en" un pays, un système ". Nos libertés et nos droits seront tous privés », a déclaré à Lusa la militante hongkongaise Agnes Chow, membre du parti pro-démocratique Demosisto.

Agnes Chow a évoqué l'accord, signé lors du retour de Hong Kong en Chine en 1997 par Hong Kong, qui garantissait au territoire 50 ans d'autonomie et de libertés inconnues dans le reste du pays, selon le principe "un pays, deux systèmes", qui se termine officiellement en 2047.

MIM // VM

Articles récents