Augusto Santos Silva a déclaré aujourd'hui qu'il estime que l'héritage des présidences allemande et portugaise sera le refus d'obéir «aux menaces de veto de quiconque l'est», défendant la logique d'une coopération renforcée au sein de l'Union européenne.

S'exprimant lors de la conférence annuelle de la Fondation Res Resica, consacrée au débat sur l'avenir de l'Europe dans le contexte des présidences de l'Union européenne (UE) d'Allemagne et du Portugal, et après avoir fait la réserve que je ne parle pas «officiellement ou officieusement comme Ministre des Affaires étrangères », le chef de la diplomatie portugaise était favorable à une coopération renforcée, à un moment où la Hongrie et la Pologne bloquent le budget communautaire.

«S'il n'est pas possible d'avancer dans tous ces domaines ensemble, il est clair que cela aggravera le problème existentiel que l'Europe a déjà aujourd'hui. Mais, s'il n'est pas possible d'avancer ensemble, il ne faut pas nous empêcher d'avancer », a-t-il défendu.

«Par conséquent, la logique de coopération renforcée, la logique de, dans le même espace institutionnel que l'UE, qu'il peut y avoir non pas deux vitesses, mais plusieurs vitesses, et il y a différentes manières dont les États qui veulent avancer peuvent le faire, que nous refusons en à chaque instant où nous obéissons aux menaces de veto de qui que ce soit, cette façon de procéder doit être claire dans notre esprit et je crois que le résultat du duo de présidences Allemagne-Portugal sera cela », a-t-il affirmé.

L'approbation du budget pluriannuel de l'UE pour 2021-2027 (1,08 milliard d'euros) et du fonds de relance post-pandémique associé (750 milliards) est bloquée par la Pologne et la Hongrie, qui ne sont pas d'accord avec la conditionnalité accès aux fonds communautaires dans le respect de l’État de droit.

Une des solutions visant à cette impasse a été une coopération renforcée, une procédure dans laquelle les 25 États membres restants procéderaient avec le Fonds de relance.

Augusto Santos Silva avait commencé son intervention, centrée sur la question «Que veut être l'UE?», Notant que les divergences entre les États membres du bloc sont «très profondes» et qu '«il n'y a aucun moyen de surmonter ces divergences ”Si ceux-ci sont ignorés.

Le ministre des Affaires étrangères a également résumé «la façon dont» il voit le programme de la présidence portugaise, au premier semestre 2021: «il passe à l'action, car il est temps de clôturer plusieurs dossiers, ou de mettre en œuvre les décisions que la présidence allemande a clôturée et gère encore fermer, d'une part, et, d'autre part, aller vers l'Europe sociale, l'UE dans laquelle nous nous voyons ».

«Je pense que la présidence allemande a déjà parcouru un long chemin sur la voie à suivre pour que l'Europe sociale, l'Europe démocratique, une Europe économiquement forte et une Europe qui respecte les accords qu'elle célèbre, à savoir l'accord de Paris, et l'Europe en soit consciente la survie de la planète passe par une nouvelle relation entre nous et la nature et le climat, qu'elle progresse », a-t-il salué.

En examinant la place que l'UE souhaite avoir dans le monde, et en abordant les relations avec la Chine, le chef de la diplomatie portugaise a également justifié le sommet UE-Inde, qui aura lieu en mai, à Porto: «Nous tiendrons le sommet avec L'Inde, parce que nous avons bien compris que la tenue par l'Allemagne du sommet avec la Chine devait être équilibrée par nous ».

Pedro Silva Pereira, vice-président du Parlement européen, qui a pris la parole en tant que président de la Fondation Res Publica, a défendu qu'il serait «très important» que l'Allemagne et le Portugal «puissent laisser une véritable empreinte progressiste pour l'avenir de l'Europe dans leurs présidences. ».

«Une marque progressiste qui signifie le triomphe de la solidarité sur l'égoïsme qui sapait aujourd'hui les fondements du projet européen. Je pense que, heureusement, il y a même de bonnes conditions pour cela. La vérité est que cette présidence allemande a contribué à façonner une réponse européenne à la crise assez différente de celle que nous avons connue lors de la crise précédente », a-t-il souligné.

«La présidence portugaise, pour sa part, s'annonce dominée par des idées progressistes, d'égalité, de solidarité et de cohésion». «L'égalité, dès le départ, dans une réponse efficace à la pandémie, à commencer par un plan de vaccination européen dans lequel tous les pays sont traités de manière véritablement égale. Solidarité ensuite dans la mise en œuvre et l'opérationnalisation d'une réponse financière à la crise, qui atteindra rapidement l'économie et, surtout, ceux qui en ont besoin. Et surtout dans un nouvel élan pour le socle européen des droits sociaux, avec le sommet social qui est prévu pour la ville de Porto », a-t-il ajouté.

AMG // MDR

Contenu UE / Présidence: l'Allemagne et le Portugal doivent refuser les menaces de veto «de n'importe qui» – MNE apparaît en premier à Visão.