"La sécurité nationale ne quittera pas Portland tant que la police locale n'aura pas terminé le nettoyage des anarchistes et des agitateurs!", A écrit Donald Trump sur Twitter.

Face à une escalade de la violence dans certaines villes américaines touchées par des manifestations antiracistes et contre les violences policières, le gouvernement américain a décidé d'envoyer des agents fédéraux, souvent sans uniforme, pour contenir les troubles, malgré les protestations des autorités locales qui ont critiqué la Ingérence de Washington.

Mercredi, Kate Brown, gouverneure démocrate de l'état de l'Oregon, dont la plus grande ville est Portland, a annoncé que l'exécutif de Donald Trump avait accepté le retrait progressif de ces forces de sécurité à partir du lendemain, tant que la police locale rétablissait le normalité autour de plusieurs bâtiments officiels visés par les manifestations.

La police de Portland a commencé il y a deux jours à évacuer les environs de la cour et d'autres zones du centre, anticipant le départ progressif d'une centaine d'agents fédéraux, comme établi par l'accord signé entre les autorités locales et le gouvernement américain, selon Le maire démocrate de Portland, Ted Wheeler.

«Hier [vendredi] soir, les citoyens de Portland engagés dans des manifestations pacifiques ont amplifié leur énergie, affirmé leur voix collective et repris possession d'un espace qui a été le théâtre de violences pour partager leurs messages puissants de réforme et de justice. », A félicité le responsable du gouvernement local sur le réseau social Twitter.

Comme au cours des deux derniers mois, des centaines de manifestants étaient toujours dans les rues du centre-ville en début de matinée, mais sans agents fédéraux visibles.

La mort de George Floyd, un homme noir décédé le 25 mai, après avoir été pressé au cou pendant environ huit minutes par un policier blanc de Minneapolis, a multiplié une série de manifestations aux États-Unis.

La mobilisation s'est affaiblie, mais certains groupes de protestation ont persisté, notamment à Portland, motivant Donald Trump à envoyer des équipes d'intervention fédérales pour contenir les manifestations contre le racisme et les violences policières qui durent depuis des semaines.

Cette décision a fini par durcir le différend dans une ville marquée par une longue histoire de manifestations, notamment parce que des vidéos circulaient sur les réseaux sociaux montrant des agents fédéraux en uniforme de combat détenant des personnes manifestant dans les rues, dans certains cas sans s'identifier et utilisant des véhicules sans enregistrement officiel.

Le sujet a acquis une pertinence politique à quelques mois des élections présidentielles américaines, prévues le 3 novembre, entre l'actuel président et candidat républicain Donald Trump, qui promet de renforcer la sécurité urbaine, et le concurrent démocrate Joe Biden, critique d'un «État policier» ”Créé contre la volonté des autorités locales.

RYTF // PJA

Le contenu de Trump garde les agents fédéraux jusqu'à ce que Portland soit à court d '«anarchistes et d'agitateurs» apparaît en premier dans Vision.