Avec ces nouveaux cas, le nombre de personnes ayant contracté la maladie est passé à 85, depuis le 29 octobre, dans les communes de Matosinhos, Vila do Conde et Póvoa de Varzim, dont neuf sont décédées des complications associées et 20 sont toujours hospitalisées dans trois hôpitaux du pays. quartier de Porto.

À l'hôpital Pedro Hispano, qui a accueilli ces trois nouveaux cas, 12 personnes sont toujours hospitalisées, sur les 47 qui ont été assistées à l'unité depuis le début de l'épidémie, où sept décès ont été enregistrés.

Au centre hospitalier de Póvoa de Varzim / Vila do Conde, qui a déjà accueilli 28 personnes atteintes de «légionelles» et enregistré deux décès, il y a eu une diminution du nombre de patients hospitalisés, dont cinq reçoivent désormais des soins dans l'unité du village.

Toujours à l'hôpital de São João, à Porto, qui a déjà assisté 10 personnes atteintes de la maladie, le nombre de patients hospitalisés a été réduit aujourd'hui de six à trois.

L'origine de l'épidémie n'a pas encore été découverte, mais l'ARS-Norte a annoncé mardi que «par mesure de précaution, l'Autorité sanitaire de Matosinhos a suspendu le fonctionnement des tours de refroidissement dans deux industries, situées dans la commune. de Matosinhos », sans toutefois préciser lequel.

Sans explication concrète de la dispersion géographique de l'épidémie, ARS-Norte a avancé qu'elle "est compatible avec une éventuelle source environnementale soumise aux effets du changement climatique dans la dépression de Bárbara".

Aujourd'hui, le conseil municipal de Matosinhos, en réaction à la suspension des tours de refroidissement de deux usines de la municipalité, a déclaré qu'il «suivait de près l'évolution de l'épidémie avec inquiétude».

«Quelle que soit la municipalité où se trouvent ces installations, l'important est que l'objectif soit identifié et que cette situation puisse être rapidement surmontée. L'autarcie dispose de tous les moyens nécessaires pour agir, si ceux-ci sont demandés par les entités sanitaires chargées de la gestion du cas », a garanti la Câmara de Matosinhos, dans un communiqué.

La semaine dernière, le parquet a annoncé l'ouverture d'une enquête pour enquêter sur les causes de l'épidémie.

La maladie du légionnaire, causée par la bactérie «Legionella pneumophila», se contracte en inhalant des gouttelettes de vapeur d'eau contaminées (aérosols) si petites qu'elles transportent les bactéries vers les poumons et les déposent dans les alvéoles pulmonaires.

JPYG // JAP

Le contenu Trois nouveaux cas d'épidémie de «légionelles» dans le Grand Porto, qui a déjà touché 85 personnes, apparaissent d'abord à Visão.