Le chef du groupe parlementaire du CDS-PP, Telmo Correia, a critiqué « l’hypocrisie » de Francisco Rodrigues dos Santos pour avoir fait de « larges éloges » à Cecilia Meireles dans une interview à RTP3, quelques heures après que le député centriste a annoncé la fin de son vie parlementaire et partisane pour avoir été accusé de « terrorisme politique » par le président du parti. Dans un message partagé sur Facebook samedi après-midi, Telmo Correia a qualifié le commentaire de l’actuel leader centriste concernant son collègue de banc, qui, comme Telmo Correia lui-même, partisan de la candidature de Nuno Melo, de « révoltant ».

« Comment est-il possible qu’après avoir eu leurs hommes et femmes à portée de main, attaquant en permanence Cecilia et harcèlement qu’elle quitte le Parlement et lui confie le mandat pour lequel il n’a pas été élu ; après avoir ignoré votre travail et le nôtre pendant deux ans aux Jeux olympiques ; après avoir parlé d’elle et de nous tous comme des terroristes, comme des gens qui disent une chose et en font une autre, comme des gens qui s’accrochent à des lieux… Comment est-il possible qu’après tout cela, il en vienne maintenant à lui faire l’éloge du fond du cœur ? Comment est-il possible qu’après l’annonce de son départ, il en vienne à dire qu’il compterait sur elle ? Avec quoi peut-on ?… », a écrit Telmo Correia.

Soulignant qu’il n’est pas « un fan des adieux annoncés » et qu’il est « totalement concentré » à parvenir à terminer « dans la dignité » son mandat et celui du reste du groupe parlementaire – réduit à cinq députés aux législatives 2019 -, après que João Pinho de Almeida et Cecília Meireles ont déjà annoncé qu’ils s’auto-excluent des listes pour les prochaines élections, Telmo Correia garantit qu’il n’a parlé qu’en raison des éloges du député Francisco Rodrigues dos Santos faits dans l’interview télévisée, même disant qu’il comptait sur elle pour la prochaine législature.

« J’ai aussi été la cible dans le passé de ce type d’hypocrisie de quelqu’un qui ordonne un attentat et vient ensuite publiquement faire l’éloge. Qui jette la pierre et cache la main. Je suis devenu « le meilleur tribun de tous les temps ». Mais c’en est trop, l’hypocrisie a des limites ! », a conclu le leader du groupe parlementaire centriste.

Telmo Correia n’a pu s’empêcher de lancer une pique à l’actuel leader pour avoir insisté sur le fait qu’il n’y avait pas le temps de tenir le congrès, qui était prévu les 27 et 28 novembre, alors que le président de la République avait annoncé jeudi soir que les prochaines Législatives prendraient lieu le 30 janvier 2022, afin que les listes des députés puissent être livrées avant le 20 décembre. Le leader du groupe parlementaire a qualifié le président du CDS-PP de quelqu’un qui « dit avoir gagné et écrasé ses opposants en fuyant par tous les moyens en son pouvoir pour se battre » –