Le plan de restructuration de la TAP prévoit le licenciement de 750 travailleurs de la terre et une réduction de 25% de la masse salariale, à l'exception des salaires les plus bas, selon un communiqué conjoint de sept syndicats, publié aujourd'hui.

«En ce qui concerne le personnel foncier, une réduction de 450 travailleurs du S&E, plus 300 employés du siège, soit un total de 750 travailleurs de la terre», lit-on dans le communiqué signé par l'Union des économistes (SE), Union des Ingénieurs (SERS), Syndicat des comptables (SICONT), Syndicat des industries métallurgiques et connexes (SIMA), Syndicat national des travailleurs de l'aviation civile (SINTAC), Syndicat du personnel de l'aviation commerciale (SQAC) et Syndicat des techniciens de manutention 'des aéroports (STHA).

Par ailleurs, les syndicats représentant le personnel au sol de l'aviation ont été informés, lors de la réunion de vendredi avec l'administration, que ces professionnels subiraient une «réduction de 25% de la masse salariale, au-dessus d'un minimum garanti, c'est-à-dire , il n'y a pas de réduction des salaires inférieurs ».

La plate-forme des syndicats représentant les travailleurs de la TAP a également mentionné avoir été informée de la réduction globale de 3 000 employés, par le biais de mesures volontaires, telles que le licenciement de gré à gré, les congés sans solde de longue durée, le travail à temps partiel et autres. mécanismes encore en cours d’analyse.

Les syndicats ont rappelé qu'en plus de ce nombre, "les licenciements collectifs devraient être ajoutés dans la dimension nécessaire pour atteindre le nombre de 3.000 travailleurs" et "environ 1.600 travailleurs à durée déterminée qui, d'avril 2020 à mars 2021, n'ont pas renouvelé ou renouvelleront". , soit une réduction de «4 600 dans un univers de près de 11 000 travailleurs en janvier 2020».

"Au vu de ce scénario, nous avons immédiatement manifesté notre profond mécontentement face au fait qu'il n'y ait pas eu de réunion de travail avec les syndicats, ce qui a conduit à – tentative – de présentation du fait accompli, ce que nous avons toujours dit que nous n'accepterions pas", ont accusé les syndicats.

La structure a également souligné l'abandon du soutien gouvernemental à une reprise progressive, à partir du 1er décembre, ce qui signifie que les travailleurs reviennent pour remplir leur horaire complet.

Selon lui, cette décision démontre «l'objectif du gouvernement», qui est «de licencier 60 jours après le soutien reçu».

Dans une communication aux travailleurs, à laquelle Lusa avait accès, la direction de la TAP a déclaré qu'elle proposera aux travailleurs un ensemble de mesures volontaires, qui comprendra des licenciements d'un commun accord, des congés sans solde de longue durée et du travail à temps partiel, et admet des réductions. salaires transversaux et licenciements.

Outre les mesures volontaires qui seront présentées «dans les semaines à venir», le conseil d'administration ajoute que «des scénarios tels que la suspension du paiement de certains compléments de rémunération, des baisses de salaire transversales, sont mis en discussion, garantissant un montant minimum garantissant la protection des bas salaires. faible, et la possibilité d'adapter le nombre de travailleurs à une opération qui dans les années à venir sera réduite de 30% à 50%, revenant ainsi à des valeurs vécues depuis plus d'une décennie ».

La direction du Syndicat des pilotes de l'aviation civile (SPAC), dans une note à ses membres, a déclaré que Lusa avait également accès, que le plan de restructuration de la TAP prévoit le licenciement de 500 pilotes et une réduction de 25% de ses employés. un salaire.

Le plan de restructuration du TAP, préparé par le cabinet de conseil Boston Consulting Group (BCG), dans le cadre d'un soutien de l'État à hauteur de 1 200 millions d'euros, doit être remis à la Commission européenne avant le 10 décembre.

MPE (ICO / JNM) // MAG

Contenu du TAP: Le plan de restructuration prévoit le licenciement de 750 travailleurs de la terre – les syndicats apparaissent en premier à Visão.