« Le personnel de cabine de TAP a été harcelé au cours de l’année écoulée, en proie aux nombreuses violations de la classe par la société, et ils se sentent révoltés contre un processus de résiliation moralement répréhensible, qui présente de nombreuses lacunes juridiques et, plus grave encore, il ne résoudra pas les problèmes économiques de la société. situation », déclare l’EurECCA – European Cabin Crew Association dans un communiqué.

Pour l’association européenne, « la manière dont ce processus est conduit favorise l’angoisse, l’incertitude et l’instabilité émotionnelle, ce qui peut compromettre la sécurité même de l’opération », et « peut être considéré comme du harcèlement moral, puisqu’il vise à ce que l’équipage accepte la rupture de leurs contrats de travail d’un commun accord, après que les tentatives déjà faites dans ce but aient été déjouées ».

Daté de mardi, ce poste a été annoncé aujourd’hui par le Syndicat national du personnel navigant de l’aviation civile (SNPVAC), qui fait partie d’EurECCA.

Comme le rappelle l’association, « après la signature d’un Accord d’Urgence (il y a tout juste trois mois) entre la SNPVAC et la TAP, en vertu duquel les salaires ont été réduits de 25 % et les clauses de l’Accord d’Entreprise ont été suspendues, dans le but de les 750 initialement désignés par l’entreprise », TAP a entamé un « processus peu clair de propositions de transferts vers le Portugal, qui ne se sont pas avérées vraies ou attrayantes, et un plan de préretraites ou de retraites anticipées ».

« Ainsi, la TAP a encouragé les ruptures de gré à gré et les adhésions volontaires, comme les congés sans solde ou le travail partiel », précise-t-il.

Après plusieurs semaines d’adhésion à ces mesures volontaires, note EurECCA, « la compagnie a déclaré que le nombre d’équipages était encore excessif », ce qui, de l’avis de l’association, « est totalement discutable, car les paramètres économiques et de ressources humaines de le plan a été réalisé ».

Dans ce contexte, poursuit-il, « TAP a commencé le 19 avril à convoquer certains équipages pour les informer que, grâce à un algorithme élaboré de manière incompréhensible et irrationnelle, ils avaient été intégrés dans une liste de résiliations unilatérales potentielles par l’entreprise ».

En conséquence, dit-il, ces travailleurs « ont été placés en ‘licenciement’, avec le contrat suspendu, sans planifier et marginaliser leur statut dans l’entreprise ».

Selon EurECCA, « cette situation a compromis leurs performances professionnelles, leur dignité vis-à-vis de leurs collègues et leur sentiment d’utilité et de valeur pour l’entreprise ».

Dans l’historique du processus de restructuration vécu chez TAP, l’association européenne rapporte également que, « le 31 mai, TAP a informé que la mise en œuvre de l’accord d’urgence et les mesures volontaires ont également entraîné un excédent de 47 membres d’équipage de cabine ».

« Encore une fois – note – TAP n’a pas précisé comment il est arrivé à ces chiffres, ni précisé les catégories dans lesquelles il y avait un excédent ».

Soulignant que « la TAP n’a pas renouvelé les contrats de 1 200 membres d’équipage entre avril 2020 et mars 2021 », EurECCA reconnaît « la nécessité d’un plan de restructuration », mais « s’applique à la responsabilité de l’entreprise ».

La TAP est en cours de restructuration, en raison de la situation financière difficile causée par la pandémie, qui a entraîné une réduction du nombre de travailleurs.

En 2020, TAP est revenue sous le contrôle de l’État portugais, qui détient désormais 72,5% de son capital, après que l’entreprise a été durement touchée par la pandémie de covid-19 et que la Commission européenne a autorisé l’aide d’État de 1,2 milliard d’euros.

Cette année, fin avril, la Commission européenne a autorisé une nouvelle aide d’État provisoire du Portugal à la TAP, d’un montant de 462 millions d’euros, pour une nouvelle fois compenser les pertes résultant de la pandémie et, selon le transporteur, garantir liquidité jusqu’à l’approbation du plan de restructuration par Bruxelles (qui est toujours en cours).

PD // EA