Le maire de Seixal a annoncé sa démission un an seulement après avoir été élu et trois ans avant la fin de son mandat. Élu par la CDU (coalition PCP plus PEV), Joaquim Santos (photo) en est à son troisième et dernier mandat à la tête de ce bastion communiste, l’un des six qui restent et qui est resté inflexible depuis 1976.

La municipalité située sur la rive sud du Tage, dans le district de Setúbal, abrite également la Festa do Avante, l’événement PCP qui a lieu chaque année début septembre.

« Je comprends à ce moment de cesser [o mandato] en vertu du retour à ma carrière professionnelle », a annoncé mercredi Joaquim Santos dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux de la municipalité de Seixalense.

« Je vais assumer de nouvelles tâches au PCP et à la CDU. Je continuerai à être membre du PCP et j’aurai aussi de nouvelles tâches dans mon parti », a-t-il ajouté.

« Ce n’est plus l’adieu du président, je vais continuer encore un peu, à préparer la transition vers le nouveau plan d’activités pour 2023 afin que la transition se fasse dans toutes les conditions et que ce conseil municipal perdure du côté de la citoyens et nos citoyens », a-t-il ajouté.

Le nouveau président de la municipalité sera Paulo Silva. Élu par la CDU, il est actuellement conseiller chargé de la culture, de la jeunesse, de la participation, du développement social et de la santé.

Dans les dernières collectivités locales, le PCP-PEV a de nouveau remporté (37%) et cinq mandats, suivi du PS (36%) et quatre mandats, du PSD (9%) et un mandat et Chega (8%) et un mandat .

En réaction, le PSD Seixal s’est rendu public « pour exprimer son rejet véhément du processus de « remplacement » du maire de Seixal, qui est actuellement en cours. Les élections municipales ont eu lieu il y a moins d’un an, mais on sait depuis des mois que le toujours maire de Seixal, Joaquim Santos, va démissionner. Ce qui n’est pas encore connu, c’est si la démission est volontaire et de sa propre volonté, ou si elle est forcée par le PCP ».

Les sociaux-démocrates rappellent que l’édile Bruno Vasconcelos (PSD) avait directement interrogé le maire le 10 août sur sa démission, mais Joaquim Santos avait écarté cette possibilité. Mais quelques heures plus tard, le maire « a publié une vidéo sur les réseaux sociaux de la Municipalité de Seixal dans laquelle il disait qu’après tout, il quitterait ses fonctions, confirmant enfin ce qui avait déjà été largement diffusé dans les médias et même confirmé par le même personne. PCP ».

« A travers ce triste procès, on peut conclure que le PCP a prémédité cette démission et ce remplacement avant même les élections municipales de 2021 avec la claire intention de tromper les électeurs, en présentant des candidats, non pas pour les 4 ans du mandat, mais uniquement pour boucler le mandat. le temps que le parti a jugé nécessaire pour procéder au remplacement des têtes de liste élues dans le cadre de son intérêt exclusif », accuse le PSD.

Les sociaux-démocrates rappellent également le cas du président de l’Union des paroisses de Seixal, Arrentela et Aldeia de Paio Pires, António Santos, qui a également démissionné après avoir été élu. Et le PSD prévient que la même chose pourrait se produire avec le « président du conseil paroissial d’Amora, Manuel Araújo, similaire à ce qui s’était déjà produit en d’autres termes ».

« Le PSD ne manquera pas de dénoncer ce qu’il considère comme une pratique tactique, sournoise et sournoise du PCP, dans le but de tromper les citoyens de la Commune de Seixal », conclut le PSD.

Assez élu un conseiller, mais Ventura lui retire sa confiance

Dans ses premières autarcies, Chega obtient 8 % des voix à Seixal, ayant élu un conseiller au conseil municipal et obtenu trois mandats à l’Assemblée municipale.

Henrique Freire est actuellement conseiller sans responsabilité dans la commune de Seixal, mais entre-temps sa confiance politique lui a été retirée par André Ventura.

« Il y a eu une violation directe des règles du parti de ne pas être d’accord avec les partis qui ont détruit le Portugal », a déclaré le chef de Chega en février 2022, cité par « Lusa » à propos du cas d’Henrique Freire et de celui de Márcio Souza, conseiller à la chambre. .de Sesimbra. « C’est inacceptable et aucun parti anti-système ne peut s’en accommoder avec complaisance et tolérance. Ma décision a donc été immédiate : informer la Direction nationale du parti que ces deux conseillers ne représenteraient plus le parti et ses structures, ne représenteraient plus son combat politique et agiraient en tant qu’indépendants », a déclaré André Ventura.

Le PCP a perdu sept municipalités aux dernières élections

Lors des dernières élections, la CDU (PCP/PEV) a perdu sept municipalités et s’est retrouvée avec 19 chambres sous sa direction. Les communistes ont perdu trois bastions communistes qu’ils détenaient depuis 1976 : Montemor-o-Novo, Mora (Évora) et Moita (Setúbal). Mais ils en ont gardé six : Avis (Portalegre), Arraiolos (Évora), Serpa (Beja), Santiago do Cacém, Palmela et Seixal (Setúbal).

Dans le district de Beja, les communistes ont maintenu trois municipalités – Cuba (João Português), Serpa (Tomé Pires) et Vidigueira (Rui Raposo) -, en ont perdu une (le PS a remporté Alvito) et en ont conquis une autre, Leonel Rodrigues remportant Barrancos.

Dans le district d’Évora, il a conservé deux municipalités (Arraiolos et Évora), en a perdu trois au PS (Montemor-o-Novo, Mora et Viana do Alentejo) et une au PSD/CDS (Vila Viçosa).

A Faro, les communistes ont maintenu leur seule municipalité d’Algarve : Silves, où Rosa da Palma continuera à diriger pendant quatre ans.

Dans le district de Portalegre, les communistes ont maintenu les deux municipalités : Nuno Silva a gagné à Avis, et Gonçalo Lagem a gagné à Monforte.

A Lisbonne, José Quintino s’est imposé à Sobral de Monte Agraço, tandis qu’à Loures, Bernardino Soares a perdu la municipalité au profit de Ricardo Leão du PS.

A Santarém, la CDU a conservé la municipalité de Benavente (Carlos Coutinho), mais a perdu celle d’Alpiarça au profit de Sónia Mendes du PS.

Dans le district de Setúbal, le PCP a maintenu les municipalités d’Alcácer do Sal (Vítor Proença), Grândola (António Mendes), Palmela (Álvaro Beijinha) et Seixal (Joaquim dos Santos),

Sur la rive sud du Tage, la CDU a soutenu la commune de Seixal, atteignant 37,7% (5 conseillers), le PS atteignant 30,86% et quatre conseillers. Le PSD a obtenu 9,3% (un conseiller) et Chega a réussi à faire élire un conseiller avec 8,07% des voix. En 2017, le PCP l’avait emporté avec 3 036 voix d’avance, mais cette année il a encore creusé l’avantage avec 4 461 voix le séparant du PS.

Dans un autre bastion communiste historique, Moita, qui fait également partie du PCP depuis le 25 avril, le PS remporte la municipalité avec 37,63% (quatre conseillers) contre 33,07% pour le PCP-PEV (également quatre conseillers).

Les communistes ont également fini par maintenir la municipalité de Sesimbra : 35 % des voix (trois conseillers), le PS obtenant 30 % (trois conseillers) et Chega a élu un conseiller (9 %).

La ville de Setúbal est également restée aux mains de la CDU, malgré le départ de Maria das Dores Meira pour avoir déjà effectué trois mandats. Le PCP-PEV l’a emporté dans la ville de Sadina avec 34,40% des voix (5 conseillers), suivi du PS avec 27,67% (4 conseillers) et du PSD avec 16,57% (deux conseillers).

A Almada, la CDU n’a pas réussi à remporter à nouveau l’autarcie, le PS obtenant 39,8% des voix (cinq conseillers), la CDU atteignant 29,6% et quatre conseillers. Dans la ville de la rive sud du Tage, le PSD et le Bloco ont réussi à élire chacun un conseiller.