Quelques semaines après son retrait de la Convention d’Istanbul sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes, la Turquie a de nouveau été critiquée pour la manière dont elle traite les femmes, cette fois en relation avec l’une des deux femmes les plus puissantes d’Europe, aux côtés d’Angela Merkel, présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Lors de la réunion de mardi entre von der Leyen, le président du Conseil européen Charles Michel et le président turc Recep Erdoğan, il n’y avait que deux chaises principales disponibles pour les dirigeants, ainsi que deux canapés secondaires.

Dans le jeu des chaises, le président de la Commission européenne a pris du retard sur Michel et Erdogan, qui ont rapidement repris les sièges principaux, laissant Von der Leyen confus.

Une photo publiée plus tard montre Von der Leyen assis sur un canapé à une certaine distance de Michel et Erdoğan, avec le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, assis sur un canapé devant le président de la Commission européenne.

L’incident a déclenché une vague de condamnations sur les réseaux sociaux où le hashtag #SofaGate a été créé, partagé par les députés européens et les journalistes. Le rédacteur politique d’EuroNews a publié une vidéo du moment sur son compte Twitter.

Le Groupe PPE, le plus grand groupe politique au Parlement, dont von der Leyen est membre, a estimé que «quelqu’un devrait avoir honte de l’absence d’un siège adéquat pour von der Leyen dans le palais d’Erdoğan», ajoutant que «l’UE a ouvert jusqu’à un dialogue, mais nous restons fermes sur nos valeurs. Les femmes méritent la même reconnaissance que leurs homologues masculins ».

Les critiques étaient principalement dirigées contre Erdogan, mais Charles Michel n’a pas non plus échappé car il n’a pas cédé à Von der Leyen. La députée néerlandaise de Renew Europe, Sophie in ‘t Veld, a publié des photos de réunions précédentes entre Erdoğan et les anciens présidents du Conseil et de la Commission, Donald Tusk et Jean-Claude Juncker – principalement des hommes de l’UE – où les trois étaient assis ensemble. «Ce n’était pas une coïncidence, c’était exprès. Pourquoi Charles Michel était-il silencieux? »Se demanda-t-il.

De son côté, le vice-président de la sous-commission des droits de l’homme du Parlement européen a demandé comment Michel pouvait accepter «ce traitement infligé à von der Leyen».