Le ministre de l’Économie et de la Transition numérique, Pedro Siza Vieira, a révélé que l’économie portugaise devrait croître au-dessus de l’année dernière au deuxième trimestre 2021.

Les déclarations du ministre ont été faites lors du débat sur l’Etat de la Nation, où l’accent a été mis sur la répartition des fonds du Plan de Relance et de Résilience (PRR). Dans son discours, Pedro Siza Vieira a souligné qu’en 2020 il y avait « une croissance de 13,3% » et a avoué qu’il en attend « une autre autant ou peut-être plus au deuxième trimestre de cette année ». « Nous devons continuer à travailler, ne pas regretter l’époque », a-t-il estimé.

Le responsable gouvernemental a souligné que « les exportations de biens ont augmenté leur compétitivité et ont atteint, au cours des cinq premiers mois de 2021, des valeurs supérieures à celles que nous avions au cours de la période homologue de 2019 ».

« L’investissement privé a augmenté et au cours de la dernière année, le Portugal s’est hissé dans le classement des pays européens qui reçoivent le plus d’investissements étrangers. Le taux de chômage est resté ferme au cours des 12 derniers mois et en juin, le nombre total de chômeurs inscrits dans les agences pour l’emploi a diminué de 24 000 personnes », a souligné le ministre de l’Économie.

Concernant ce qui a été dit au Parlement ce mercredi, Siza Vieira a rejeté certaines des critiques adressées au gouvernement. « Au cours de ces 16 mois, uniquement sur le front économique qui me préoccupe de plus près, on a entendu que le soutien aux entreprises serait insuffisant, que le chômage serait endémique et que la crise sociale serait dramatique. Que les faillites détruiraient le tissu productif que les finances publiques deviendraient incontrôlables, que la dette deviendrait insupportable et que l’Union européenne précipiterait l’austérité. La catastrophe serait là à la prochaine occasion. Aujourd’hui, nous entendons à nouveau cela », a déclaré Siza Vieira.

Pour le ministre de l’Économie, le discours fataliste s’applique « désormais avec le retrait des soutiens publics qui sont passés d’insuffisants à indispensables. Maintenant, ce qui annonce l’apocalypse, c’est la soi-disant fin des moratoires, le nouveau navire de l’enfer pour l’économie portugaise ».

« Il n’y a pas lieu de nier l’impact très controversé qu’a eu cette pandémie sur notre société et notre économie et pourtant les entreprises ont toujours persisté, le pays a toujours fait face à ces adversités », a souligné Siza Vieira, ajoutant que « le gouvernement a toujours été soutenant les mesures des circonstances et a déjà garanti que celles-ci seront maintenues aussi longtemps que cela s’avérera nécessaire ».