La situation au service des urgences générales de l’hôpital de Santo André, à Leiria, dont l’accès était limité de 22h00 mardi à 8h00 aujourd’hui, s’est normalisée, selon le Centre hospitalier de Leiria (CHL).

« La situation est normalisée et sans incident pendant la nuit », a déclaré une source du CHL à l’agence de presse Lusa.

Mardi, le CHL, dont fait partie l’hôpital de Leiria, a annoncé que l’accès au service général des urgences de l’hôpital de Santo André serait limité à ce moment-là et a admis « l’éventuel renvoi de certains patients au service des urgences de l’hôpital du centre. et Université de Coimbra ».

Selon le CHL, cette situation était due à « trois raisons essentielles », comme le fait que « de nombreuses fausses urgences continuent d’affluer au CHL ».

La mesure était également justifiée par l’« ADR Urgence [Área Dedicada para Doentes Respiratórios] L’hôpital das Caldas da Rainha du Centro Hospitalar do Oeste a fermé » lundi et « sont transférés des patients » à l’hôpital de Leiria.

Une autre raison était le fait que lundi « il y avait un record depuis le 1er janvier de cette année dans le nombre de patients vus au service général des urgences » de l’hôpital de Santo André « de 404 patients, sans qu’il n’y en ait eu, malgré tous les efforts. , d’allouer les renforts médicaux nécessaires à une réponse compatible ».

Dans le communiqué, le CHL a réitéré son appel aux usagers à se rendre « aux Urgences uniquement en cas d’urgence ».

Le 1er octobre, le CHL a confirmé que ce jour-là « il n’était pas possible de compléter l’échelle d’urgence Orthopédie entre 9h00 et 20h00 ».

« Des orthopédistes travaillent à l’hôpital pendant les soins hospitaliers pour soutenir les patients hospitalisés. Les traumatismes mineurs et majeurs sont référés à d’autres formations sanitaires de la région et le CHL est même articulé avec son hôpital de référence, le Centre Hospitalier et Universitaire de Coimbra », a expliqué le CHL, précisant que cette situation a été communiquée à l’Institut National de Médecine. Urgence et Centre d’Orientation Urgente du Patient.

La situation a suscité les critiques du Syndicat indépendant des médecins (SIM) et de la Section régionale du Centre de l’Ordre des médecins.

Cette section a alerté ce jour-là sur la « situation grave » de l’hôpital de Leiria, en raison du manque de médecins aux urgences, et a demandé au ministère de la Santé de « régler immédiatement le problème ».

Le SIM a regretté que « les alertes qu’il a émises à plusieurs reprises sur la situation au centre hospitalier de Leiria restent sans réponse ».

Le 17 septembre, le CHL a annoncé l’augmentation du montant à verser aux médecins généralistes pour l’exercice de fonctions au service général des urgences de l’hôpital de Leiria, l’une des mesures pour « résoudre les difficultés ressenties » dans ce service, qui « a enregistré une forte affluence d’utilisateurs ».

Dès lors, le CHL a considéré que cette demande excédentaire reflétait le manque de réponse des centres de santé de la région et l’augmentation du nombre de cas de covid-19 dans sa zone d’influence.

Soulignant que « l’absence d’alternatives pour les usagers a affecté le fonctionnement » du service des urgences, le CHL a reconnu que cette situation s’ajoute à « la situation effective et connue de pénurie de ressources humaines et, en particulier, de personnel médical ».

« Dans le concours des docteurs de diverses spécialités, lancé en juillet, pour 36 postes vacants, jusqu’à présent il n’a été possible de pourvoir que 19 postes vacants », a rappelé le CHL à cette date, arguant que la « difficulté admise des entreprises extérieures à recruter des généralistes praticiens » pour cette Urgence s’ajoute à la « fatigue manifestée par les internistes, chirurgiens et orthopédistes qui, avec les médecins généralistes, assurent » ce service 24h/24, en personne, toute l’année.

SR (EYC) // SSS

Le contenu Situation normalisée dans le service des urgences générales de l’hôpital de Leiria apparaît d’abord à Visão.