Joaquim Palma est un résident de la paroisse de montagne de São Bartolomeu de Messines et se trouve à côté de la gare routière, où l’île de compostage a été installée, ce qui révèle à Lusa la raison pour laquelle il a rejoint l’initiative de la Câmara de Silves.

«Je n’étais pas au courant de la quantité de ‘verts’ – fruits et légumes – que nous mettons dans les déchets organiques, ils sont de 75 à 80%. J’avais l’habitude de remplir trois sacs par jour dans les ordures totales, maintenant deux ou trois kilos sont laissés dans le [lixo] purement biologique », dit-il.

L’initiative «Silves pour composter de la montagne à la mer», lancée en octobre 2020, a distribué des composteurs aux citoyens, à la fois pour le compostage domestique – avec l’unité à placer dans la maison du citoyen – ainsi que, dans des zones plus urbaines zones, avec collecte communautaire de conteneurs.

Le compostage est un processus biologique par lequel les micro-organismes transforment la matière organique en une substance similaire au sol – le compost -, permettant aux déchets de ne pas être destinés à une décharge et d’être «récupérés», explique à Lusa José Pinto, technicien de Silves Chamber .

Selon José Pinto, la municipalité n’a pas voulu conditionner l’accès à l’initiative et a choisi «d’ouvrir l’équipement» à la communauté afin que tout le monde puisse l’utiliser, même «n’étant pas inscrit» dans le projet de compostage communautaire.

Malgré les «quelques inscriptions officielles», le rythme de remplissage des conteneurs conduit le technicien à estimer qu’il y a «plus de 100 personnes» à rejoindre la campagne de compostage, mesure qu’il qualifie de «très avantageuse écologiquement et économiquement».

Joaquim Palma, qui se défend dans le recyclage, jette chaque jour son seau à déchets dans le compost communautaire et insiste sur le fait qu’il faut essayer de «recycler ce qui est possible et réutiliser», auquel cas ne nécessite qu’une logistique artisanale.

«Il s’agit simplement d’avoir deux conteneurs à la maison, de séparer le reste des fruits et légumes et de s’organiser en ce sens», assure-t-il, ajoutant que «plus de communication avec la population» est nécessaire pour qu’ils rejoignent l’initiative et se conforment avec les règles de base du compostage.

Une consultation avec l’affiche explicative placée à côté de l’îlot de compostage clarifie les doutes. En plus de faire connaître le projet, il permet de savoir ce que sont les résidus verts – restes de légumes, de fruits, d’herbes ou de café – et de papier brun, branches, écorces de fruits séchés – qui peuvent être déposés.

Sont interdits les restes de viande et de poisson, les produits laitiers, les matières fécales, le verre, le plastique et le métal.

Selon José Pinto, les différents conteneurs déjà installés par la municipalité dans les deux paroisses de montagne – São Bartolomeu de Messines et São Marcos da Serra – devaient être «renforcés» pour garantir le succès du processus de dégradation des déchets.

Sur «l’île» de Messines, il y a actuellement trois conteneurs composés de six compartiments, mais un seul ouvert à la fois, où les citoyens peuvent déposer leurs déchets organiques, qu’ils apportent dans l’un des seaux fournis par la commune.

La mairesse, Rosa Palma, souligne le soutien des citoyens, même s’il n’a pas encore été possible «d’étendre le compostage communautaire à toutes les paroisses», ce qui garantit que «bientôt ce sera une réalité».

« Ceux qui n’ont pas de petite cour et vivent dans une petite maison, dans un appartement, disposent de ces composteurs pour déposer les déchets qui peuvent être récupérés, rentabilisés et réutilisés », a-t-il souligné.

Le projet s’inscrit dans un projet d’éducation civique et environnementale plus complet qui vise à compléter la «formation développée dans les écoles», en opérationnalisant la logistique qui permet aux citoyens de réaliser le recyclage et la «valorisation des déchets».

Le fonctionnaire souligne le partenariat établi avec les conseils paroissiaux, chargés du «suivi» des conteneurs, garantissant «l’entretien et l’oxygénation» indispensables au succès du processus de décomposition biologique.

PYD // MAD