Bien que le titre fasse référence à la berceuse, « lorsque vous entrez dans la pièce, vous vous rendez compte que cette berceuse a un autre objectif, elle veut faire [o visitante] plus conscient de ce qui se passe dans le monde à [sua] reviens », a déclaré aujourd’hui le directeur du Musée de Serralves, Philippe Vergne.

Le concept « vient d’une idée de ce qu’on fait quand on est enfant et qu’on s’endort — ce qu’il y a dans le monde réel et devient le rêve », a précisé David Douard, lors d’une visite de l’exposition avec la presse. .

« C’est un monde que vous emmenez au lit lorsque vous vous endormez, et vous pouvez transformer ce monde en quelque chose d’autre. C’est ce que je fais avec les sculptures », répète-t-il.

Dans cette exposition, des sculptures, des installations, des fragments de langage et des enregistrements vidéo et sonores sont présentés, qui poursuivent un projet commencé par l’artiste à Paris, mais qui a évolué vers cette œuvre qui arrive maintenant au Portugal, et qui met fin à la série.

Pour le directeur du musée, les œuvres révèlent « des structures de contrainte et de contrôle renversées » et une « contre-culture traduite d’une manière qui transforme la corruption en beauté ».

Douard « a trouvé de la poésie et de la beauté dans les recoins sombres du monde numérique et des espaces urbains », dit Vergne.

L’artiste a expliqué qu’il souhaitait « transformer ce monde numérique en quelque chose qui peut être vu et ressenti » et explorer « comment le naturel devient un objet pour l’humain, et comment il revient dans cette perspective ».

Une autre préoccupation, explique-t-il à Lusa, était de véhiculer une « interprétation du langage en sculpture » et de comprendre comment « cette forme de langage peut être contenue dans un objet qui résiste ».

Le souci de briser « les structures de contrainte et de contrôle », souligne Philippe Vergne, a conduit « à agrandir le mur de la galerie », à modifier l’espace.

« Je n’aime pas l’autorité de la sculpture, j’aime qu’elle soit vue de différentes manières », a déclaré Douard à Lusa.

Parce qu’il « déteste » « l’attention qu’on porte au centre », il a décidé de transformer la salle carrée de la galerie, avec une voûte, des rideaux et des balustrades, « pour tout éloigner du centre », a-t-il détaillé.

« O’Ti’Lulabies » apporte un « récit contagieux » aux « caractéristiques organiques et anarchiques » véhiculé par « un genre particulier de toile : garde-corps métalliques, stores verticaux, fenêtres et cloisons », qui « constituent une invitation à l’expression », lire dans le texte descriptif.

L’exposition, réalisée par la Fondation Serralves, en collaboration avec l’artiste, et avec les galeries Chantal Crousel, à Paris, et Rodeo London/Piraeus, est visible dès aujourd’hui, au Musée Serralves, à Porto, où elle sera présentée jusqu’en novembre.

ILYD // TDI