Dans son allocution lors de la cérémonie de prestation de serment des membres de la Commission électorale nationale (CNE), Augusto Santos Silva a souligné le « cahier des charges » du côté du parlement concernant la réforme du système électoral, se montrant confiant qu’ « un travail être menées » fructueuses tout au long de cette législature ».

« En premier lieu, dans le cadre de sa compétence de contrôle et de contrôle des actes du Gouvernement et de l’administration, suivre attentivement les processus qui sont en cours au sein de l’Administration électorale de simplification, de dématérialisation et de correction de tel ou tel aspect », a-t-il dit.

Selon le président de l’Assemblée de la République, « le parlement est bien conscient que, pour que tous les doutes soient dissipés, il est nécessaire de faire une intervention législative clarifiant des aspects qui ne sont pas encore pleinement cristallins aujourd’hui dans le cadre de la loi électorale pour l’Assemblée de la République ».

« Troisièmement, pour avancer le plus loin possible dans le sens où nous avons un vrai code électoral, c’est-à-dire qu’au lieu d’avoir autant de lois qu’il y a d’élections, nous pouvons avoir, en ce qui concerne les procédures communes aux différentes élections, un organe législatif commun, un diplôme commun pour prévoir ces procédures communes et, par conséquent, les uniformiser, quelles que soient les questions plus fondamentales qui se posent par rapport au système électoral », a-t-il demandé.

Pour Augusto Santos Silva, cette cérémonie a été « l’occasion » de défendre ces idées, exprimant, au nom du parlement, « l’entière confiance au CNE dans ses attributions et compétences, qui sont déterminantes pour la qualité du processus électoral ».

«Et aussi dire, de notre part, que le parlement, dans le cadre de ses pouvoirs, continuera à chercher à contribuer de son côté pour que la confiance dans le processus électoral soit maintenue et que le processus électoral au Portugal soit de mieux en mieux et de plus en plus clair et, par conséquent, nous pouvons aussi faire ce que nous devons faire pour encourager la participation citoyenne à la vie politique de cette manière, qui est la plus noble de toutes, qui est la participation électorale », a-t-il promis.

Le président de l’Assemblée de la République a souligné que le pays peut compter sur le CNE dans les « deux missions très importantes » que cet organe a toujours remplies.

«La mission de garantir la confiance totale du public dans le processus électoral au Portugal, comme cela a été notre image de marque depuis les premières élections libres à l’Assemblée constituante en 1975 et, deuxièmement, également la mission du CNE, dans le cadre de ses compétences. , contribuera à l’amélioration incrémentale de certains aspects, tant ceux relatifs à l’information due aux citoyens que ceux relatifs aux procédures de validation et de dépouillement des votes », s’est-il félicité.

JF // SF