Ryanair a regretté aujourd’hui que le gouvernement portugais «gaspille» l’argent des contribuables pour la TAP, refusant l’idée d’être en guerre avec la société portugaise, et a demandé l’ouverture de l’aéroport de Montijo.

Le président du groupe Ryanair, Michael O’Leary, a rencontré aujourd’hui, par vidéoconférence, le ministre de l’Infrastructure, Pedro Nuno Santos.

La compagnie aérienne irlandaise a réfuté, lors de l’appel, ce qu’elle considère comme les «fausses» déclarations du gouvernement, à savoir que Ryanair est dans une guerre commerciale pour occuper plus d’espace sur le marché, pour appliquer des pratiques de dumping social, ce qui ne respecte pas ses travailleurs ou qui est subventionné par le Portugal pour se rendre à Faro, Porto et les Açores.

Selon le même document, Pedro Nuno Santos a déclaré que le Portugal a le droit d’investir dans TAP, mais O’Leary a fait valoir que l’argent des contribuables devrait être investi dans les écoles, les hôpitaux et autres infrastructures, comme l’aéroport de Montijo, plutôt que dans un «Compagnie aérienne défaillante avec des prix élevés».

Pour Ryanair, TAP a peu de valeur, compte tenu du montant payé par l’exécutif pour les 45% détenus par David Neeleman.

Au cours de la réunion, la société irlandaise a également demandé au ministre de l’Infrastructure d’ouvrir l’aéroport de Montijo, une infrastructure qui vise à créer 5 000 emplois pour les pilotes, les équipages et autres employés.

«Le ministre Nuno Santos n’avait rien à dire. Il est plus intéressé par le gaspillage de l’argent des contribuables en subventionnant la TAP, mais il refuse d’investir une partie de cet argent à Montijo, ce qui créerait plus de vacances, de visiteurs et d’emplois bien rémunérés à Lisbonne », a-t-il souligné.

Cité dans le même document, Michael O’Leary a déclaré que la discussion était «intéressante, mais inutile», notant que l’entreprise avait l’intention de continuer à investir au Portugal, en attirant de nouveaux visiteurs et en garantissant les droits des travailleurs.

«Nous continuerons de reconnaître les droits de nos travailleurs […], payant nos pilotes jusqu’à 150 000 euros par an et notre personnel de cabine entre 30 000 euros et 40 000 euros, soit le double de ce que le ministre verse aux infirmières et aux enseignants au Portugal », a-t-il souligné.

PE // CSJ

Le contenu de Ryanair critique le ministre pour avoir «gaspillé» l’argent des contribuables sur TAP apparaît en premier à Visão.