« Ce n’est pas une bosse pour moi d’avancer, c’est une bosse pour moi de tomber, bien sûr. Si je dis que 2017 s’est mal passé, imaginez que 2021 sous ma responsabilité tombe encore pire, la bosse qui dit que je vais tomber n’est pas à moi d’aller de l’avant », a déclaré le leader du PSD, à la fin de la présentation. des candidats social-démocrates des 14 communes du district de Vila Real.

Au cours de la session, qui s’est déroulée à Vila Real, Rui Rio a concentré son discours sur « l’importance maximale » que les autorités locales assument pour le pays et pour le PSD, notamment après les résultats des élections de 2013 et 2017, au cours desquelles le parti a perdu « beaucoup d’élus ».

Lors des derniers conseils municipaux, le PSD a remporté 98 conseils et élu 13 050 personnes aux conseils, conseils ou assemblées municipales et paroissiales. Le PS a gagné en 161 caméras.

« Avec la descendance que nous avions à l’échelle nationale, ces élections pour le PSD, en 2021, revêtent une importance extraordinaire », a-t-il souligné.

Rui Rio a défendu que ce qui « détermine la grandeur d’un parti, en termes de quantité, ce n’est pas le nombre de députés qu’il a à l’Assemblée de la République, c’est le nombre de maires élus dans tout ce pays ».

Le leader du PSD a également déclaré que « chaque jour qui passe, l’usure du gouvernement est constatée » et a fait valoir que le pays « doit changer de cap ».

« Les élections municipales ne sont pas pour cela, mais je crois que le résultat que nous aurons aux élections municipales ne sera pas pour cela, mais ce sera le début pour que cela se produise, en d’autres termes, pour que nous puissions changer de cap dans Le Portugal après, puis aux législatives », a-t-il souligné.

Aux élections qui doivent être programmées par le Gouvernement entre le 22 septembre et le 14 octobre, le PSD et le CDS-PP se présentent ensemble dans sept des 14 communes du district de Vila Real, à savoir à Alijó (José Rodrigues Paredes) Chaves ( Francisco Tavares), Montalegre (José Moura Rodrigues), Ribeira de Pena (Carlos Alberto Carvalho), Santa Marta de Penaguião (Daniel Teles), Mesão Frio (António Teixeira) et Vila Real (Luís Tão).

En 2017, des coalitions n’ont eu lieu qu’à Alijó et Montalegre.

Les maires élus par le PSD Fernando Queiroga (Boticas), Mário Artur Lopes (Murça), José Manuel Gonçalves (Peso da Régua), Amílcar Almeida (Valpaços) et Alberto Machado (Vila Pouca de Aguiar) sont candidats à ces bureaux municipaux.

A Mondim de Basto, le candidat du PSD Bruno Ferreira et, à Sabrosa, c’est Mário Varela qui mène la candidature social-démocrate. Dans ces communes, PSD et CDS-PP ne se font pas concurrence en tant qu’affiliés.