Rui Rio voulait que l’actuel directeur du Département régional d’enquête et d’action pénale de Porto (DIAP), Branca Lima, soit puni par le bureau du procureur général (PGR) pour avoir déposé deux accusations contre elle. La diligence du chef du PSD a eu lieu alors qu’il était encore maire de Porto, avec le PGR de l’époque Pinto Monteiro, car il pensait que, lorsqu’il a été démis de ses fonctions dans ces affaires, le magistrat en question devait être puni. La vérité est que Branca Lima non seulement n’a subi aucune représailles, mais a également gravi les échelons et occupe désormais l’un des postes les plus élevés du système judiciaire. Mais il n’en sera pas moins vrai que le social-démocrate donnera cette situation en exemple de la nécessité d’un changement dans les instances disciplinaires de la justice.

La demande de Rui Rio à Pinto Monteiro a été dénoncée par Manuel Ramos Soares, président de l’Union des juges portugais (ASJP), dans un groupe fermé sur Facebook, dans une brève description destinée aux quelque 1200 magistrats judiciaires qui s’y trouvent et auxquels VISÃO a adhéré. La publication fait suite à l’intention de Rio de reformuler la constitution des conseils supérieurs de la magistrature des procureurs et des juges – à la fois le Conseil supérieur du ministère public (CSMP) et le Conseil supérieur de la magistrature (CSM), respectivement -, avec l’augmentation de les places désignées par le pouvoir politique.

Selon Manuel Ramos Soares, c’est le social-démocrate qui lui aurait fait part lors d’un meeting, devant plusieurs personnes, de la demande qu’il avait faite à Pinto Monteiro. Lors de cette réunion, qui a eu lieu quelques mois après que Rui Rio soit devenu le chef du PSD, en 2018, il y avait, parmi plusieurs autres personnes, l’actuelle députée du PSD, Mónica Quintela, et l’ancien président du Barreau portugais, alors vice-présidente du PSD, Elina Fraga. « Punition » était le mot utilisé par Rio, signale le chef des juges, qui assure qu’il n’a jamais oublié cet épisode. Le président du PSD a ensuite exprimé lors de cette réunion la nécessité d’un « plus grand contrôle politique » de la justice.

Voici un compte-rendu de cet épisode, réalisé aujourd’hui dans le groupe « Juges – Rencontre, Information et Débat », sur Facebook :

« Une histoire vraie sur les idiosyncrasies de Rui Rio qui légitiment les actions dans la légitime défense de la justice

Le 5 juin 2018, à la demande du PSD, l’ASJP rencontre l’équipe de Rui Rio pour parler de justice. Du côté de l’ASJP, il y avait moi-même, Carla Oliveira, secrétaire générale, et Filipe Neves, trésorier. Côté PSD, Rui Rio, Mónica Quintela, Elina Fraga et Fernando Licínio Martins, actuellement membre du CSM.

À un moment donné, pour illustrer comment la justice fonctionne en roue libre et doit être plus responsable et contrôlée, Rio a déclaré que, lorsqu’il était maire de Porto, il avait été accusé deux fois dans une affaire pénale par un procureur de Porto (a dit le nom mais je ne me souviens pas) et qui plus tard a fini par ne pas être prononcé. Par conséquent, il a appelé PGR Pinto Monteiro pour demander de « punir » le procureur qui l’avait accusé à tort (punir est entre guillemets car c’est le mot qu’il a utilisé). Sa conclusion, puisque le procureur n’a pas été puni, est que l’épisode démontre que le député a besoin de plus de contrôle politique. Je connaissais déjà cette histoire (racontée il y a des années lors d’une réunion avec le PGR de l’époque Pinto Monteiro), mais je n’aurais jamais imaginé que lors de cette réunion, je l’entendrais de la bouche de Rui Rio, ainsi assumée au grand jour, avec l’impudence de quelqu’un qui connaît peu l’État de droit et pense que c’est la même chose que l’État comptable.

Les fois où j’ai eu envie de raconter cette histoire publiquement avec un nom et tout. Il était bon d’interpréter les objectifs de changement de la composition des Conseils supérieurs ».

VISÃO a contacté Manuel Ramos Soares en début d’après-midi de ce samedi, qui a confirmé qu’il était l’auteur de cette publication et de l’histoire, mais a refusé de commenter car sa portée était limitée dans un groupe fermé.

Quant à Rui Rio et Branca Lima, il n’a pas encore été possible d’obtenir de l’un comme de l’autre un commentaire sur ce rapport du président de l’ASJP.

Branca Lima avec les yeux sur les « diffamations »

VISÃO a constaté que les deux affaires en cause à l’époque, et impliquant Rui Rio, étaient liées à la manière dont l’ancien maire d’Invicta se rapportait aux employés de la municipalité et à la manière dont il gérait les ressources humaines.

Dans une première affaire, qui remonte à avril 2004, Branca Lima a accompagné une accusation d’un médecin à Rio, pour l’avoir dénoncée à l’Ordre des médecins pour avoir émis de prétendus faux certificats médicaux.

La seconde affaire concernait l’avocat Sebastião de Sousa Pinto, à propos duquel le procureur pensait avoir été « diffamé » par Rio Harbour.

Le président du PSD aurait demandé à deux chefs de conseil de mener une enquête interne sur la fourniture de conseils juridiques, qui ont collaboré avec la section Contentieux – à l’époque classée par Rio comme un département qui vivait dans un «chaos absolu». Le rapport a conclu qu’en tant que représentant légal de la municipalité, Sousa Pinto avait commis 37 infractions, puis a envoyé le document au Barreau.

Branca Lima a accusé Rio et les deux responsables du signalement de « diffamation », et a également souligné que le prétendu « non-respect » attribué par la municipalité était dû au dysfonctionnement des services et non à l’avocat.

Rui Rio a fini par s’exonérer de la justice dans les deux affaires – après avoir engagé la procédure avec Pinto Monteiro contre le procureur.

Actuellement responsable de la DIAP à Porto, depuis moins d’un an, Branca Lima a grimpé dans sa carrière, ayant déjà été procureure générale du député de Portalegre.

Propositions PSD pour la Justice

La justice est l’un des domaines sur lesquels Rio s’est montré le plus critique de son fonctionnement, ne cachant pas qu’elle souhaite mener une profonde réforme du secteur. Lors du récent débat télévisé contre António Costa, le leader du PSD a été accusé de vouloir confier au pouvoir politique le contrôle de l’action judiciaire.

Dans le programme électoral, qui ne diffère pas beaucoup de 2019 en la matière, le PSD souligne qu’il veut rendre la Justice « accessible en temps, en moyens et ressources et en qualité », promettant une « bonne administration » du secteur.

Défendant, entre autres propositions, « une Justice indépendante », les sociaux-démocrates pointent la nécessité de « renforcer les organes d’administration et de gestion de la Justice ». « C’est dans cette perspective – renforcement des organes d’administration et de gestion de la Justice – que le modèle actuel de composition des Conseils supérieurs de la magistrature est reconsidéré ».

Le contenu que Rui Rio a demandé au PGR de « punir » le directeur de DIAP do Porto qui l’a accusé dans deux affaires apparaît d’abord dans Visão.