Le président de l’Assemblée de la République, Eduardo Ferro Rodrigues, a défendu la réalisation d’une enquête auprès du Revenu social d’insertion, qui dans les 25 ans d’allocation sociale, évalue l’impact de la mesure qui est sa « grande fierté » en politique .

Dans une interview à l’agence Lusa, à l’occasion des 25 ans d’existence du Revenu Social d’Insertion (RSI), Eduardo Ferro Rodrigues, qui était ministre des Solidarités et de la Sécurité sociale au moment de la création de l’alors Rendimento Mínimo Garantido (RMG), a mis au défi les décideurs politiques actuels de mener une enquête non seulement parmi les personnes qui reçoivent actuellement l’allocation, mais aussi parmi celles qui l’ont reçue au début.

Pour Ferro Rodrigues, il est important de savoir, notamment parmi ceux qui étaient enfants il y a 25 ans, « quelle était l’importance du Revenu Minimum pour leur propre survie ».

L’ancien ministre a rappelé que le RMG « était avant tout une attaque contre la pauvreté et l’exclusion sociale », qui « ne s’est jamais présenté comme la réponse totale à la pauvreté car cela n’était pas possible ».

« C’était avant tout la réponse à l’indignité vécue par les plus pauvres de ce pays, qui étaient traités comme des gens qui n’existaient pas, transparents, qui passaient à côté d’eux dans la rue et n’étaient même pas regardés », s’est-il défendu.

Selon Ferro Rodrigues, ces personnes « en sont venues à avoir des droits et une dignité reconnus par le gouvernement et l’Etat », soulignant que « c’est la question fondamentale ».

« Je laisse ce challenge car 25 ans plus tard c’était une bonne manière de fêter le lancement du Revenu Minimum, une enquête générale auprès de tous ceux, quel que soit leur âge, qui avaient droit à cette prestation et comment s’est déroulée l’inclusion sociale et l’aide au logement. , soutien à la santé et soutien à l’éducation car c’est finalement l’enjeu essentiel », a-t-il défendu.

Dès lors, il comprend « qu’il fallait savoir exactement ce qui s’est passé », justifiant ainsi la contestation qu’il a affirmée pour être sûr qu’il aura « une réponse franchement positive ».

Pour l’actuel président de l’Assemblée de la République, « une chose est claire », à partir du moment où la prestation sociale a été créée il n’y avait plus personne qui disait qu’ils ne peuvent pas survivre ou qu’ils vont « mourir dans n’importe quel coin » parce qu’ils ont aucun droit à aucun soutien.

« S’il n’y avait pas de revenu minimum, il y avait des milliers d’enfants qui ne seraient pas allés à l’école, il y avait des milliers de familles qui n’avaient pas été soignées dans les logements qu’elles avaient ainsi et des gens qui ne reconnaissaient même pas ou ne connaissaient pas leur droits en matière de santé et de sécurité sociale », a-t-il souligné, ajoutant que si la disposition était aussi mauvaise que certains le critiquent, elle aurait déjà pris fin.

« Je continue de dire que c’est une grande fierté politique dans ma vie », a-t-il déclaré.

Sur une éventuelle analyse et réforme de la mesure, il a défendu qu’elles sont toujours nécessaires et possibles, soulignant que « même avec quelques revers », à partir de 2015, il y a eu des améliorations des conditions d’accès.

Il a rappelé que le pays vit consécutivement deux crises, l’économique-sociale et la pandémie, et qu' »il serait bon » que toute analyse soit menée pour éviter de tirer des conclusions des conséquences de ces crises pour des questions aussi importantes que la RSI.

« Le défi auquel je suis confronté, c’est qu’en laissant passer la pandémie et pour fêter ses 25 ans, il y a la possibilité de faire une analyse claire et sans préjugés, et je suis convaincu que les résultats seront franchement favorables à la mesure », a-t-il déclaré.

Indépendamment de toute analyse, Ferro Rodrigues n’a pas peur de défendre la valeur de la mesure, soulignant que le succès se mesure à la capacité qu’avait cette prestation sociale à générer l’ascension sociale ou à sortir les gens de la pauvreté, donnant comme exemple le travail fait au niveau de l’éradication des tentes en milieu urbain, de l’encouragement des enfants à aller à l’école ou de l’accès aux services de santé.

Il a également souligné que parmi les centaines de milliers de bénéficiaires du RSI il y a un grand nombre d’enfants et que cette prestation a, depuis sa création, le « grand » défi de l’insertion.

Avec le recul, l’homme politique dit ne pas se souvenir de « grandes oppositions » au moment de l’approbation de la mesure, mais admet que ce qui était plus difficile à l’époque l’est encore plus, c’est-à-dire « expliquer aux gens qu’il y a besoin de être un instrument de politique sociale qui garantit la dignité fondamentale de tout citoyen et, surtout, la possibilité de lutter contre la pauvreté ».

« A la fin de toutes ces années ce fut un moment, je ne dirai pas le plus important de ma vie politique, mais ce fut le plus enrichissant sans aucun doute, a-t-il conclu.

Le Revenu Social d’Insertion (RSI) a été créé en tant que Revenu Minimum Garanti il ​​y a 25 ans et constitue une prestation sociale pour les personnes en situation d’extrême pauvreté. Il se compose d’un paiement en espèces et d’un programme d’insertion, qui est associé à un contrat qui fixe les conditions et les objectifs d’une insertion sociale, professionnelle et communautaire progressive de ses membres. Actuellement, près de 218 000 personnes bénéficient de cette prestation.

SV/IMA // ZO