Le report des droits directs dans le PSD, comme Rio l’a proposé ces dernières heures en réponse au risque d’échec du budget de l’Etat au Parlement et du pays devant passer aux législatives anticipées, a fini par être rejeté, ce soir, par le Conseil national orange. , qui est réunie à l’hôtel Sana, à côté de Marques de Pombal, à Lisbonne, par 71 voix contre et 40 pour. Il y avait aussi quatre conseillers qui se sont abstenus.

La demande de Paulo Rangel, qui annoncera sa candidature à la direction du PSD, de discuter d’une date pour les élections a été approuvée.

En fin de compte, la date que la direction de Rio a proposée pour la première fois est arrivée – le 4 décembre. Ainsi, ayant choisi le chef du parti, le PSD se réunit en congrès le 8 janvier 2022.

La candidature de Rio, présentée ce soir, alléguait que la direction du PSD considérait qu’il était « déconseillé, et à haut risque, que le parti s’engage maintenant dans un conflit électoral interne, avec l’instabilité conséquente que cela provoque toujours et qui l’affaiblit extérieurement, avant de savoir si le pays aura des élections législatives anticipées à court terme ». En effet, affirme-t-on dans le document consulté par VISION, « le pays est confronté depuis hier à la perspective réelle et sérieuse de crise politique et à la convocation d’élections législatives anticipées à court terme ».

A l’entrée de l’hôtel Sana, en début de soirée, Rui Rio a déploré « l’atteinte au pouvoir de ceux qui font passer leurs intérêts personnels avant ceux du pays », pour avoir remis en cause son intention de suspendre le calendrier électoral du parti. Paulo Rangel, arrivé avant le leader, a souligné qu’il serait « étrange que le PSD le remette entre les mains du dr. António Costa son propre calendrier interne, le privilège suprême de choisir une date d’élection » dans le parti.

En mise à jour

Le contenu de Rio perd au conseil national. Direct on PSD Advance apparaît déjà en premier dans Vision.