Rui Rio et Catarina Martins étaient ce mercredi face à face dans le premier débat entre les deux partis. Sur l’économie portugaise et, plus précisément, sur la hausse du salaire minimum national, les deux dirigeants prennent des positions opposées et s’accusent d’être responsables, avec le Parti socialiste, de la venue de la Troïka et de l’immigration de jeunes Portugais .

« Je peux négocier avec le [Bloco de Esquerda] BE, mais la compréhension est très difficile », souligne le social-démocrate. « Quand on regarde le programme BE, qui n’est rien de plus que de passer dans le texte ce que sont les positions BE normales, il y a une incompatibilité totale », a déclaré Rui Rio.

Le leader social-démocrate a ajouté que le BE veut « plus de dépenses publiques, il veut encore plus d’impôts que ce que nous avons ».

À son tour, Catarina Martins a fait valoir que « contrairement à ce que préconise la droite, c’est avec plus de salaires que le pays peut croître. Nous ne voulons pas d’un pays à bas salaires. Il est impossible de vivre avec 705 euros. Nous ne pensons pas que le pays devrait être une gigantesque Odemira à bas salaires, car c’est ainsi que l’économie se développe ».

« Le PS et le PSD ont privatisé les secteurs stratégiques portugais et, avec cela, ont créé des problèmes pour les familles et les entreprises. Je me demande si aujourd’hui c’était une bonne idée de privatiser EDP et REN, ils ont été remis aux entreprises du Parti communiste chinois. Je sais qui a gagné », a souligné le leader blockista.

En accord rare avec BE, Rio a admis que le salaire minimum national devrait être augmenté mais « de telle manière que tous les salaires augmentent ».

Même ainsi, Rio a souligné que « si la croissance du salaire minimum national s’accélère, les entreprises ne peuvent pas augmenter les autres salaires et se stabiliseront par le bas. BE veut en finir avec les riches, je veux en finir avec les pauvres. Nous sommes l’un des pays avec la pire productivité d’Europe, nous ne pouvons évidemment pas améliorer les salaires au Portugal ».

En réponse, Catarina Martins a souligné que le PSD « quand il a rendu le licenciement facile et bon marché, des entreprises comme Altice ont remplacé les travailleurs par l’externalisation »

«Ce sont les mesures qui ont fait baisser les salaires. Les salaires moyens au Portugal sont gelés depuis longtemps. Quand j’entends le PSD parler de salaires, je suis sûr qu’ils n’ont aucune proposition de salaires au Portugal », conclut le leader du Bloc de gauche.

Il s’agissait du deuxième débat de Rui Rio et Catarina Martins, après avoir été face à face avec les dirigeants de Chega et Livre, respectivement. Les débats suivront le 6 janvier (jeudi) entre le Bloc de gauche et l’Initiative libérale à 22h sur SIC Notícias et le 7 janvier (vendredi) entre le PSD et le CDS-PP à 21h sur TVI. Les deux candidats seront également présents au débat commun, avec les candidats restants, qui est prévu le 17 janvier, sur RTP.

Cet après-midi, un débat a eu lieu entre Francisco dos Santos (CDS-PP) et João Cotrim de Figueiredo (Initiative libérale), à ​​18h00 sur RTP3, et à 22h00 il y aura un face-à-face entre André Ventura (Chega) et Rui Tavares (gratuit), sur CNN Portugal.