Le président du PSD, Rui Rio, a estimé ce lundi que « le Portugal n’a pas accordé l’attention qu’il méritait à l’agriculture » et défendu qu’il faut augmenter le poids du secteur dans le Produit intérieur brut (PIB) et attirer plus de jeunes.

« Le Portugal n’a pas accordé l’attention qu’il méritait à l’agriculture », malgré le fait que ce secteur et la forêt, ensemble, « représentent aujourd’hui 5,8% » du PIB, a déclaré le leader social-démocrate, lors d’une autre session des « Conversations centrales », à Évora , dans le cadre de la campagne électorale.

Dans l’initiative, consacrée ce lundi au thème de l’agriculture, avec la participation d’Arlindo Cunha, ancien ministre de ce portefeuille dans le gouvernement de Cavaco Silva, le leader du PSD a estimé que ce poids dans le PIB « est important », mais la zone  » devrait représenter encore un peu plus ».

Et l’agriculture, a-t-il poursuivi, « représente 13% de l’emploi », ce qui, s’il est maintenu, tant que son poids dans le PIB augmente, il sera positif : « Ça veut dire qu’on a beaucoup amélioré la productivité ».

Avant même d’arriver à Évora, lors de son déplacement à Portalegre, Rui Rio avait déjà déclaré que s’il remportait les élections législatives de dimanche prochain, le domaine forestier, qui est désormais sous la tutelle de l’Environnement, reviendrait au ministère de l’Agriculture.

Dans l’après-midi, à Évora, il a de nouveau insisté sur la même idée, dans des déclarations aux journalistes lors de l’action de contact avec la population d’Évora, lorsqu’on lui a demandé s’il avait déjà réfléchi à la structure du gouvernement, s’il gagne.

« J’ai déjà préparé la structure à 90% là-bas, mais il y a encore un manque », a-t-il dit, soulignant l’un des points déjà établis : « Il y a quelque chose dans la structure du Gouvernement. La protection des Forêts est dans l’Environnement, elle a toujours été dans l’Agriculture et reviendra dans l’Agriculture ».

Après le chahut, dans lequel il a eu la compagnie, entre autres, de la tête de liste PSD pour ces législatives, Sónia Ramos, et d’Ana Rita Cavaco, présidente de l’Ordem dos Enfermeiros, le président social-démocrate s’est concentré sur le thème de l’agriculture et a défendu le rajeunissement du secteur.

« L’âge moyen des agriculteurs portugais est de 65 ans » et « il y a peu de jeunes agriculteurs », donc « l’avenir du secteur est compromis », a déclaré Rio, soulignant qu’il faut « avoir des politiques adéquates » pour « attirer les jeunes ». à l’agriculture ».  » et que ce sera l’une de ses « lignes directrices », s’il remporte les élections.

Dans l’initiative, où agriculteurs et chasseurs critiquaient la vision Peuple-Animaux-Nature (PAN) du monde rural, le leader du PSD a précisé que, s’il gagne, il ne laissera pas passer « certaines lignes rouges dans le cadre de la négociation avec n’importe qui ». fête ».

Le jour du scrutin, un seul parti « gagnera et tous les autres perdront », mais ils doivent « tous être disponibles pour négocier avec celui qui gagnera », s’est-il défendu.

« Mais négocier, ce n’est pas exactement arriver à la table des négociations et mettre sur la table un programme battu. Négocier, c’est respecter le programme qu’on a gagné et ensuite demander, exiger dans le cadre de la négociation, des aspects qui font l’objet de négociation », a-t-il estimé.

« Nous devons avoir du bon sens et de l’équilibre et nous savons quelles sont les lignes rouges de ceux que nous avons devant nous et, concernant le PAN en particulier, nous le ferons naturellement », a-t-il déclaré.