1-1-e1669908198824-png

Table des matières

Rio admet dialoguer avec le PS « au nom de l’intérêt national » sans gouvernement du Bloc central

Dans un entretien au SIC, Rui Rio s’est également dit « divisé » sur une coalition préélectorale avec le CDS-PP et a placé Chega dans le cadre de partis avec lesquels « il n’est pas possible de parler », puisqu’il « a pas se modérer ».

Interrogé sur la position de Paulo Rangel, son adversaire aux élections internes du 4 janvier à la direction du PSD, qui a rejeté toute entente avec le PS, Rio a prévenu qu’il donnerait une réponse qui déplaire au PSD, mais serait comprise par « de nombreux millions de Portugais ».

« Si le bloc central est compris comme un gouvernement dans lequel il y a un ministre du PS et un du PSD, non, il ne faut rien, nous sommes tous d’accord », a commencé par déclarer Rui Rio.

« Maintenant, si j’écarte la possibilité de ne pas dialoguer avec certains, je ne parle même pas, je pense que c’est contre l’intérêt national. Je ne peux pas aller aux élections et prendre mes fonctions et faire la même erreur que le Dr. António Costa l’a fait : son erreur a été de dire, avec le PSD rien et de tomber amoureux du PCP et du BE. S’il y avait eu plus d’ouverture, le pays en profiterait », s’est-il défendu.

Lorsqu’on lui a demandé s’il serait disponible pour des rapprochements avec le PS qui permettraient une plus grande stabilité, notamment en activant les budgets de l’État, Rio a préféré mettre le scénario à l’envers : « La disponibilité du PS, et du CDS (si nous ne sommes pas liés) , de collaborer avec le gouvernement de la mine ».

« Les partis ne doivent pas être si radicaux qu’ils rendent la gouvernance du pays irréalisable. Je suis convaincu que les Portugais me comprennent quand je dis qu’au nom de l’intérêt national, nous ne devons pas fermer toutes les portes et devons être ouverts au dialogue », a-t-il réitéré.

Lorsqu’on lui a demandé s’il comprenait que le PSD et le CDS-PP devaient aller de pair avec les législatives, Rio s’est dit « divisé » sur le sujet et a admis que c’était une question à laquelle il devrait réfléchir, tout en rappelant qu’il a déjà a fait cette option à plusieurs reprises dans sa carrière politique, comme à la Chambre de Porto et dans les récents conseils municipaux.

A cet égard, Rio a de nouveau mis en garde contre les risques que le PSD se trouve dans un processus électoral interne à la veille des législatives, après que Paulo Rangel a déjà dit qu’il préfère que le PSD concoure seul.

« J’arrive à une conclusion, la Commission politique nationale prend une décision et puis nous faisons des élections internes et, par chance, Paulo Rangel gagne et appelle ensuite le CDS pour dire qu’après tout il n’y a pas de [coligação]? » Il a demandé.

Quant à Chega, Rio a estimé qu’il « a toujours dit la même chose » concernant les accords avec le parti dirigé par André Ventura.

« J’ai dit là-bas : si Chega modère, nous pouvons parler, sinon modérer, nous ne pouvons pas parler. Avez-vous modéré ? Non, il ne s’est pas modéré, c’est dans le cadre de ne pas pouvoir parler », a-t-il estimé, estimant que « maintenant il reste un peu » pour que les élections aient un changement de position.

Concernant l’ambition annoncée de Paulo Rangel d’une majorité absolue pour le PSD, Rio a déclaré qu’il ne voulait pas, pour l’instant, montrer des différences avec son adversaire au sein du parti, car il a appelé le parti à penser « ça vaut la peine d’aller à un conflit interne » à la veille des élections législatives.

« Il est clair que le PS devra demander la majorité absolue et nous, selon les données que nous allons avoir, pouvons aller dans ce sens. Je ne veux pas demander ce qui ne peut pas être en vue, si la fête continue comme ça, en tournant quelques années plus tard, pour quoi va-t-on demander la majorité absolue ? Même gagner est difficile », a-t-il prévenu.

Articles récents