Ricardo Baptista Leite, 40 ans, médecin spécialiste des maladies infectieuses et adjoint au PSD, était l'invité de cette semaine à Irrevogável, où il a présenté son dernier livre – «A way to Healing», publié mercredi -, a parlé de la gestion de la pandémie de mars à aujourd'hui et sur le budget de l'Etat pour 2021. Dirige la plus grande critique sur le travail de la direction générale de la santé (DGS), qui estime que «ça ne marche pas». "Il était incapable d'anticiper et de répondre à une urgence."

Elle met en évidence le manque de transparence de l'autorité sanitaire dans la diffusion des données épidémiologiques – qui empêche les décideurs publics de proposer des mesures plus efficaces pour lutter contre la pandémie – et des difficultés de communication, d'emblée sur la recommandation de masques dans les espaces publics. Ricardo Batista Leite dit, à ce sujet, que l'erreur est venue de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Cependant, si ce dernier a réussi à corriger certaines failles et a ouvert une enquête interne pour évaluer ses performances, le député PSD ne voit pas cela se produire au niveau national: «Au Portugal, nous n'avons pas encore pu corriger ce que l'OMS a déjà corrigé».

«La question des masques était inacceptable et a conduit à une perte de confiance de la population vis-à-vis de l'OMS, puis cela s'est traduit par une perte de confiance vis-à-vis de notre autorité sanitaire: la Direction générale de la santé. Nous savons que les urgences les soins de santé publique exigent que nous ayons la capacité de communiquer clairement et de manière cohérente et ce qui s'est passé, c'est que dans l'envie de dire aux gens de ne pas porter de masque – quand il est très clair que dans une infection respiratoire transmise par des gouttelettes, la barrière physique fonctionnerait toujours – quand ils disaient que porter un masque était important, il y avait déjà des gens qui ne croyaient en rien. Il aurait été préférable de dire que nous n'avions pas de masques pour tout le monde », a-t-il suggéré.

"Je crois que la vérité est le meilleur antidote contre la méfiance, c'est donc que la vérité sur les masques, sur les données est la meilleure façon."

Il va encore plus loin et défend l'extinction du DGS tel que nous le connaissons. Il propose plutôt la répartition des compétences centralisées au sein du SGD à répartir entre trois organes à créer: l'un censé être responsable de la préparation et de la réponse aux menaces biologiques, géré par la santé, la protection civile et la défense nationale; une autre équipe dédiée à la santé publique au Portugal (qui serait en charge des mesures de santé publique, telles que les campagnes de vaccination) et une agence de données pour la santé.

Pour écouter sur Podcast:

Buzzsprout

Spotify

iTunes

Le contenu Ricardo Baptista Leite: «La question des masques était inacceptable et a conduit à un abus de confiance de la population» apparaît d'abord dans Visão.