Le PS a annoncé que lors du vote final sur le rapport de l’éventuelle commission d’enquête parlementaire sur les pertes enregistrées par Novo Banco attribuables au Fonds de résolution, il votera contre, après approbation des propositions d’amendements présentées par les différents partis.

Le PS vote contre et explique pourquoi. Le député socialiste João Paulo Correia a fait une première intervention critiquant la version finale du rapport, en raison de l’attribution de responsabilités au gouvernement d’António Costa.

Le PS a attaqué PSD et Bloco pour des propositions de changements qui « s’écartaient de la ligne factuelle » du rapport de l’enquête à Novo Banco. « Certaines conclusions sont fausses », a déclaré le député PS, à propos du chapitre sur la vente de Novo Banco.

João Paulo Correia a dénoncé que le résultat des votes « en spécialité », notamment sur la vente de la banque en 2017 (par le gouvernement d’António Costa et de Mário Centeno, alors ministre des Finances) représente l’abandon de la ligne factuelle qui était en le rapport préliminaire Fernando Anastácio .

Le rapporteur adjoint, Fernando Anastácio, du PS, a été appelé par le président du CPI, Fernando Negrão, pour décider s’il fallait revoir la version finale du rapport. « Je ne me vois pas dans la solution finale et je ne conserve pas le statut de rapporteur », a déclaré Fernando Anastácio.

Le PSD, au contraire, approuvera la version finale du rapport, car « il reflète mieux le sens de cette commission ».

Le Bloc a répondu au PS en disant qu’il se limitait à « attribuer des responsabilités politiques » aux différents partis. Mariana Mortágua a fait valoir que la version finale du rapport « est plus équilibrée ».

BE a proposé une modification de la rédaction des conclusions, attribuant des responsabilités au gouvernement PS dans la vente. « La décision de vendre au fonds américain « Lone Star » est revenue à la BdP dans l’exercice de ses pouvoirs, le XXIe Gouvernement constitutionnel ayant un rôle déterminant, tant dans les négociations avec la Commission européenne que dans la décision finale », s’est défendu le Bloc dans ses propositions.

La proposition de version préliminaire du rapport préparée par le député Fernando Anastácio (PS), qui a déclaré que « la décision de vendre au fonds américain « Lone Star » était de la responsabilité de la BdP [Banco de Portugal] dans l’exercice de ses pouvoirs », un amendement à l’Initiative libérale a été déposé, seul le PS votant contre et le PAN s’abstenant, qui précise qu’il appartenait au BdP « et au Gouvernement » de décider de vendre.

Dans le même temps, une proposition du BE, approuvée par tous les partis à l’exception du PS, fait également référence à la même décision, « le XXI Gouvernement constitutionnel ayant eu un rôle décisif, tant dans les négociations avec la Commission européenne que dans la décision finale. ”.

Le député PCP Duarte Alves a évoqué le « passage de blâme » entre le PS et le PSD dans Novo Banco, mais soutient que cette version est plus équilibrée.

Le député du PAN a également annoncé qu’il votait pour et le député du CDS, Cecília Meireles, a voté pour, bien qu’il ne soit pas d’accord avec le changement introduit par l’approbation de la proposition du PCP qui défendait la résolution BES et son montant initial de capitalisation de € 4,9 milliards était « une fraude politique ». « Cette conclusion est fausse et n’a rien de factuel », a déclaré le député du CDS-PP. Le rapporteur s’est également écarté de cette conclusion.

Le député de l’Initiative libérale a également salué le travail de la commission et a déclaré qu’il voterait en faveur du rapport.

Selon Lusa, une proposition du PSD, dans laquelle le PS était également isolé, précise que la vente a eu « la collaboration du ministère des Finances, qui a été informé de l’ensemble du processus ».

Une autre proposition du BE, également approuvée avec des voix contre du PS, précise que « la vente du NB et ses conditions contractuelles – définies par le BdP et le XXI Gouvernement constitutionnel, conformément aux impositions européennes – n’ont pas permis la meilleure sauvegarde de l’intérêt. Publique ».

Une proposition du PCP concernant l’audit de la Cour des comptes a également été incluse, qui « reconnaissant que le financement public assurait la stabilité du système financier », confirme « que les ressources du Fonds de résolution sont des ressources publiques et que la vente, comme a été faite, elle n’a pas assuré la meilleure utilisation des deniers publics ».

Le CDS a approuvé une proposition précisant que malgré la sauvegarde du système financier, « son impact sur la soutenabilité des finances publiques n’a pas été minimisé ni l’aléa moral réduit », à laquelle a été ajoutée une proposition d’IL précisant que le processus ne protégeait pas  » au mieux la défense des contribuables ».

Le CDS a également souligné qu’« une clause de backstop était prévue, que le gouvernement n’a pas communiquée au Portugal et dont le montant n’a pas été quantifié publiquement », dans une proposition approuvée par toutes les parties à l’exception du PS.