« Le leader du PSD doit non seulement être préparé pour des élections législatives anticipées si elles ont lieu, il doit également être légitimé pour se présenter à ces élections législatives », a déclaré Paulo Rangel dans ce qu’il considérait comme la « première action de campagne » au Palácio da Stock Market. à Porto.

Devant un parterre d’environ 600 militants et sympathisants du parti, Paulo Rangel a déclaré qu’il ne veut pas de crise politique et qu’il n’est pas « de ceux au PSD ou à l’étranger qui parient tout sur l’idée d’une crise politique ». », même s’il est « plus que préparé ».

« Nous sommes prêts à faire face à la crise. Avant, pendant ou après les élections internes », a assuré le candidat à la direction sociale-démocrate, ajoutant que, s’il y a crise politique, « le seul responsable est António Costa et son gouvernement ».

Parmi les critiques du Premier ministre et du gouvernement, Paulo Rangel a souligné que la « faible gouvernance du PS » est ce qui pique et « fait vraiment mal », sur un ton critique à l’expression utilisée par l’actuel leader et candidat Rui Rio.

« Il y a des expressions que je n’aime pas utiliser comme piqûres, piqûres, piqûres, mais il y a une chose que je peux garantir : les positions divergentes de mes camarades de parti et de mes concurrents électoraux ne me piquent pas, ni ne m’amènent à faire des vols échoués ou des vols épicés », a-t-il noté.

Considérant que l’opposition ne peut être faite de « partisans du parti », Paulo Rangel a renforcé que le PSD « n’ira pas aux élections anticipées sans un leader légitimé » et que le calendrier approuvé est le « seul » qui sert le PSD.

« Si les autres parties sont convaincues qu’elles vont gagner les élections internes, elles n’ont que les avantages d’être d’accord et de contribuer à ce calendrier », a-t-il déclaré.

Aux militants qui se sont réunis cet après-midi au Palácio da Bolsa, Paulo Rangel a assuré que, s’il remporte les élections internes du PSD et qu’une crise politique survient, il créera un « groupe de travail pour préparer les bases du programme électoral » qui sera « annoncé et accueilli par les Portugais au prochain congrès ».

« Je ne peux pas être plus clair. Nous sommes préparés à tous les scénarios, nous n’avons pas peur des élections législatives anticipées, nous n’avons pas peur des élections internes à temps, nous ne voulons pas gagner au secrétariat, nous ne croyons pas à la prolongation des mandats en pleine processus électoral ». Nous voulons une direction élue et légitimée qui puisse combattre le PS lors des élections avec un visage levé et le soutien clair de notre parti, a-t-il déclaré.

Lors de son intervention dans ce qui était la « première action de campagne », Paulo Rangel a également critiqué le gouvernement et le Premier ministre pour les « modifications apportées au droit du travail », le rôle dans la crise du secteur de l’énergie et des carburants, dans la numérisation et la technologie. 5G et dans le secteur de la santé.

Défendant que l’union et la croissance du PSD permettront « de regagner la confiance des Portugais », le candidat à la direction des sociaux-démocrates a déclaré qu’il ne doutait pas que cela permettrait au parti « de retrouver sa vocation et son ambition majoritaires ». pour gagner ».

Le PSD organisera des élections directes pour choisir le président le 4 décembre et le 39e Congrès aura lieu entre le 14 et le 16 janvier, à Lisbonne, et jusqu’à présent Rui Rio et Paulo Rangel se sont présentés comme candidats.