Interrogé par des journalistes sur le fait que le président du PSD, Rui Rio, a demandé au parti de « se demander s’il vaut la peine d’aller à une dispute interne » et de « se tirer dessus » alors que le PS est déjà en campagne pour les législatures, Rangel a répondu que « cela n’a pas de sens de réfléchir de ce point de vue ».

L’eurodéputé a rappelé qu’avec les élections internes du 4 décembre, « il est temps de tenir ensuite les élections législatives », estimant « qu’il est mauvais qu’un dirigeant légitime ne se rende pas aux élections ».

« Mais pour qui est-ce mauvais ? Pour le Portugal, parce que mon souci est de créer un programme électoral réaliste, réalisable, qui élève le niveau et la qualité de vie des Portugais et nous ne sommes pas ici avec des guerres de romarin et de marjolaine », a-t-il déclaré aux journalistes, lors de une visite à la foire de la châtaigne de Sernancelhe.

Dans ce contexte, il a laissé un avertissement : « Quiconque veut faire de la politique partisane de ce type, le fait seul, ne comptez pas sur moi pour ça ».

Paulo Rangel a expliqué qu’il se concentre sur la présentation « d’un programme électoral qui se concentre sur l’idée de mobilité sociale, s’élever dans la vie, créer plus de richesse afin de lutter contre la pauvreté, mieux répartir les revenus résultant de cette création de richesse ».

Selon lui, « si les militants du PSD voient qu’il y a un programme pour le Portugal qui est un programme avec des conditions pour gagner, pour changer de politique socialiste, un programme réformiste, ils adhéreront certainement plus facilement » à sa candidature.

« Donc, il n’y a pas de divorce, au contraire, il y a vraiment une convergence entre la candidature à [eleições] élections internes et, si tel était le cas, la candidature aux législatives en temps voulu », a-t-il souligné.

Rangel a refusé de commenter les déclarations de Rui Rio sur la date que le président de la République choisit pour que le législateur révèle s’il « voulait donner un coup de main » au PSD « et, dans ce cas, un candidat de plus » .

« Je ne commenterai pas davantage les calendriers des élections législatives », a-t-il déclaré, ajoutant qu’il s’agit d’une « compétence exclusive » du président de la République.

L’eurodéputé a déclaré que Marcelo Rebelo de Sousa « s’occupera de ce qui doit être traité » et de votre part « ils n’entendront aucun conditionnement, ni aucune référence à cette affaire », avertissant qu’ils ne comptent pas sur lui pour « être avec bagatelles, avec des insinuations ».

AMF // ACL

Contenu PSD : Paulo Rangel n’est pas disponible pour les « guerres du romarin et de la marjolaine » qui apparaît en premier dans Visão.