Le président du gouvernement régional de Madère, le social-démocrate Miguel Albuquerque, a déclaré aujourd'hui que sa candidature à la présidence de la République, aux élections de 2021, est un dossier qui "n'est pas encore clos".

«Ma candidature n'est pas close», déclare le chef de l'exécutif de Madère et leader du PSD / Madère dans une réponse écrite envoyée par la présidence du gouvernement régional à l'agence de Lusa.

Le responsable du gouvernement de Madère a déclaré que la lettre annoncée envoyée par la démission de Chega et re-candidat chef, André Ventura, l'invitant à soutenir et à intégrer formellement sa candidature à la présidence de la République, en janvier 2021, «n'a pas encore atteint la Cinquième Veille ( la présidence du gouvernement de Madère) ».

Miguel Albuquerque soutient que la soumission de sa propre candidature "dépendra des positions et des programmes que les candidats, y compris le professeur Marcelo Rebelo de Sousa, (actuel président de la République) adopteront par rapport à Madère et la défense de leurs principales propositions".

Parmi ceux-ci, il mentionne «la garantie de l'État nécessaire au prêt de Madère, qui permettrait une économie d'environ 60 millions d'euros, et une loi fiscale spécifique, indispensable au plan de redressement de la Région autonome de Madère».

Le responsable de l'île ne commente pas davantage la proposition d'André Ventura.

«Je vous invite par la présente à être l'un des piliers de ma candidature en tant que coordonnateur maximum et représentant politique de la même. Au vu des derniers sondages, il ne fait aucun doute que le léger espoir d'un non-renouvellement de Marcelo Rebelo de Sousa ne peut se réaliser que par ma candidature. C'est à cet effort que je vous invite à vous joindre, pour le Portugal et pour le développement efficace de la région autonome de Madère », lit-on dans la lettre d'André Ventura, à laquelle l'agence Lusa a eu accès.

Le seul député du parti populiste de droite, contacté par Lusa, a refusé de "confirmer ou de refuser les invitations faites à ce moment-là", car "la structure complète de la candidature est encore en cours de définition".

«Je suis candidat pour empêcher le renouvellement, pour encore cinq ans, de la tragédie qu'a été Marcelo Rebelo de Sousa pour le pays et, en particulier, pour Madère. Marcelo a toujours été contre la région et aux côtés du gouvernement de la République, qui n'a d'autre intérêt que de transformer Madère et Porto Santo en fiefs socialistes, comme c'est déjà le cas dans la plupart des régions et districts du pays », lit-on lettre.

En mai, le dirigeant madérien Miguel Albuquerque a admis s'être avancé avec une candidature autonome au Palais de Belém, critiquant «l'unanimité», le «cirque qui se met en place» et la «cour» entre le Premier ministre, António Costa, et le chef de l'Etat.

Des mois plus tard, début août, le chef du PSD-Madère a défendu que son parti devrait parler à diverses forces politiques, y compris Chega, après que le président du parti Rui Rio ait admis s'être entretenu avec ce parti, au cas où Ventura adopterait un discours plus modéré.

"Le PSD doit faire ce que Sá Carneiro a fait en 1979. Il a également fait l'AD (Alliance démocratique) à un moment où l'on disait que le CDS était fasciste", a déclaré Albuquerque, faisant référence à une éventuelle fédération de centre-droit avec le CDS-PP, Chega e Liberal Initiative, pour déloger la gauche du pouvoir.

AMB (HPG) // JPS