La Commission électorale nationale (CNE) indique que le processus électoral pour les élections présidentielles se déroule dans les limites normales, avec seulement quelques rapports de longues files d’attente, déjà attendues et en bonne santé car elles peuvent démontrer une forte participation.

« Il n’y a aucune trace d’un quelconque problème, juste quelques rapports de longues files d’attente », a déclaré le porte-parole du CNE, João Tiago Machado, à Lusa, soulignant qu’il n’avait reçu aucune « plainte », juste quelques « rapports, en sorte d’explosion, mais qui ont diminué en intensité ».

Concernant les files d’attente, le porte-parole admet qu’on s’y attendrait déjà, en raison des mesures de sécurité qui doivent être prises afin de contenir la propagation du nouveau coronavirus, et considère le phénomène même «sain», car cela peut signifier que «l’abstention ne sera pas aussi grand »que prévu.

Cependant, il reconnaît également qu’il peut avoir à voir avec l’organisation elle-même faite par les municipalités, car dans certains endroits, le vote se déroule sans files d’attente.

Selon les données fournies par le Secrétariat général du ministère de l’Administration interne (MAI), jusqu’à 12h00 aujourd’hui, le taux de participation aux urnes était de 17,07%, une valeur légèrement supérieure à celle observée lors des dernières élections présidentielles. , le 24 janvier 2016, alors que, au même moment, 15,82% des électeurs avaient voté.

Ce taux de participation comprend le vote anticipé, qui a eu une participation plus élevée que lors des élections précédentes.

Lors des élections présidentielles de 2016, le taux d’abstention a atteint 51,3%.

Les bureaux de vote ont ouvert aujourd’hui à 08h00 sans problèmes majeurs et sans aucun cas de boycott signalé, mais dans certaines régions du pays, la libération des votes anticipés a retardé le début du vote, entraînant la formation de files d’attente.

En dehors de cette circonstance, il n’y avait que «trois endroits où il y avait des contingences d’ouverture des portes», mais qui ont été facilement et rapidement résolus.

Dans un conseil paroissial, il y a eu un vol, mais rien n’a été volé, et dans deux autres il y a eu «des verrous de portail, qui ont été rapidement résolus à l’aide d’un serrurier», a ajouté le porte-parole du CNE.

Les bureaux de vote pour l’élection présidentielle ferment à 19h00.

Aux Açores, les bureaux de vote ont ouvert et fermé une heure plus tard par rapport à l’heure de Lisbonne, en raison du décalage horaire.

Plus de 10,8 millions d’électeurs sont invités à choisir le nouveau président de la République, qui succédera à Marcelo Rebelo de Sousa, avec sept candidats acceptés.

Si l’un des candidats obtient plus de 50% des voix, il sera aujourd’hui élu chef de l’Etat, mais sinon il y aura un second tour, le 14 février, avec les deux candidats les plus votés.

Les sept candidats figurent sur le bulletin de vote dans l’ordre suivant: Marisa Matias (soutenue par le Bloc de gauche), Marcelo Rebelo de Sousa (PSD et CDS / PP), Tiago Mayan Gonçalves (Initiative libérale), André Ventura (arrive), Vitorino Silva , surtout connu pour Tino de Rans, João Ferreira (PCP et PEV) et l’activiste PS Ana Gomes (PAN et Livre).

Pour le suffrage d’aujourd’hui, 10 865 010 électeurs sont inscrits, soit 1 208 536 de plus que lors des élections présidentielles de 2016.

AL (SSM / FPA) // PJA