La nouvelle présidente de l'ADSE indique qu'elle gérera l'institut en dialogue avec les partenaires et est d'accord avec l'élargissement de l'univers des bénéficiaires pour contribuer à assurer la pérennité du sous-système santé.

Maria Manuela Faria, nommée en juin présidente du conseil d'administration de l'Institut de protection et d'assistance aux maladies (ADSE), précise que la durabilité doit toujours être présente dans les objectifs de la nouvelle équipe de l'entité qui gère le sous-système santé des agents publics et souligne : "L'une des solutions peut consister à élargir votre univers".

Dans le premier entretien en tant que président de l'ADSE, accordé à une publication numérique de l'Association portugaise d'hospitalisation privée (APHP), Manuela Faria déclare: «vous ne pouvez pas gérer dos à vos partenaires, mais avec vos partenaires».

«Nous ne sommes peut-être pas toujours d'accord, mais avec la transparence et l'engagement de toutes les parties, nous fournirons certainement un bon service», ajoute-t-il.

L'ADSE et le secteur privé entretiennent un différend puisque, même en 2018, le conseil d'administration de l'institut a exigé le versement de 38 millions d'euros lié à la sur facturation entre 2015 et 2016.

Ce différend a conduit, l'année dernière, plusieurs groupes de santé privés, dont José de Mello Saúde, Luz Saúde et Os Lusíadas, à menacer de suspendre les accords avec l'ADSE.

Cependant, face à la reprise des négociations sur les conventions et sur la nouvelle grille tarifaire du régime convenu, les hôpitaux privés sont revenus et ont décidé de maintenir les accords avec l'ADSE.

Plus tôt ce mois-ci, Jornal de Negócios a signalé que la proposition de nouvelle liste de prix préparée par l'ADSE prévoit que les consultations sur le réseau convenu sont plus coûteuses.

L'idée, selon le journal, est que le montant payé par le bénéficiaire aux prestataires privés passe de 3,99 euros à 5,5 euros par consultation, alors que le prix payé par l'ADSE passe de 14,47 à 19,5 euros.

Quant à l'extension de l'ADSE, en janvier, la ministre de la Modernisation de l'Etat et de l'Administration publique, Alexandra Leitão, a déclaré que l'extension aux contrats de travail individuels de l'Etat se ferait «tout au long de 2020».

Le ministre a réaffirmé que les études soulignent que l'extension aux contrats individuels est une bonne solution pour la pérennité du sous-système de santé de la fonction publique, mais a soutenu qu'elle devra être faite «avec prudence et considération».

Ces déclarations ont été faites après une audition au parlement où le ministre a déclaré qu '"il y a des conditions pour avancer" avec l'extension de l'ADSE aux contrats individuels de l'Etat et aux implantations précaires dans PREVPAP, mais sans donner de dates.

En début de mois, le gouvernement a ouvert une période extraordinaire d'inscription à l'ADSE pour les nouveaux fonctionnaires – dans le cadre du programme extraordinaire de régularisation des obligations précaires de l'administration publique (PREVPAP) – qui court jusqu'à la fin de l'année.

SO (DF / MPE / RCS) // SB

Le président de contenu ADSE va dialoguer avec les partenaires et veut élargir les bénéficiaires apparaît en premier à Visão.