Dans une autre série de gros titres horrifiques, les médias portugais font aujourd'hui état des «pires chiffres de tous les temps», 4 224 nouvelles infections ayant été enregistrées au cours des dernières 24 heures.

Les décès attribués au Covid-19 étaient de 33, ce qui n’est en fait pas le «pire bilan jamais enregistré» pour le pays depuis le début de la pandémie.

Mais l’accent reste sur les «chiffres»: à la fois en termes de nouvelles infections et d’hospitalisations.

Ce dernier a augmenté de 40 par rapport à mercredi, ce qui signifie que les hôpitaux à travers le pays traitent désormais 1,834 patients Covid, dont 269 sont dans des unités de soins intensifs (soit une hausse de sept par rapport aux totaux de la veille et se rapprochant de plus en plus du «  maximum ''. sur 800, le ministre de la Santé, Marta Temido, a indiqué qu'il y avait une capacité dans les premiers jours).

Bien que l’accent soit mis – au point de mettre en évidence les chiffres en gras – sur le «pire taux jamais enregistré de nouvelles infections», cela doit être mis en parallèle avec le fait que les tests sont désormais au plus haut niveau jamais atteint. En d'autres termes, plus les autorités testent, plus la probabilité de découvrir de nouvelles infections est élevée.

Peu d’accent est mis sur les chiffres jugés «récupérés» du virus – qui au cours des dernières 24 heures était de 1 701.

En effet, on insiste peu sur le nombre de nouvelles infections asymptomatiques.

Ailleurs, les médias mondiaux ont mis en évidence l’exemple de la légende du football Cristiano Ronaldo qui languit dans l’isolement, positif pour le virus, mais se sentant absolument bien – et pas un peu frustré de ne pas pouvoir jouer pour son équipe.

D’autres «gros titres inquiétants» ont fait l’objet d’une «mortalité en septembre systématiquement supérieure aux niveaux espérés». Là encore, cela doit être tempéré par le fait que les rapports sur la mortalité dont il est question ont touché «surtout la tranche d'âge des plus de 85 ans».

Le jour où la France est «revenue en lock-out», les rapports deviennent de plus en plus «sombres». Mais au Portugal, un point positif pour les populations des zones à peine touchées par la pandémie est qu'il semble désormais probable que les mesures prises à la suite du Conseil des ministres extraordinaire de samedi soient «circonscrites».

S'adressant aux journalistes plus tôt dans la journée, le sous-secrétaire d'État à la santé António Lacerda Sales a laissé entendre que «tous les pays (européens) adopteront des mesures restrictives au niveau territorial» mais que ces restrictions prendront en considération la réalité de chaque territoire «afin que les autres territoires «T sous autant de pression peut respirer, d'un point de vue économique et social».

Un autre développement aujourd'hui est venu du président Marcelo Rebelo de Sousa qui a déclaré qu'il parlerait effectivement à la nation la semaine prochaine, une fois que les nouvelles restrictions imposées à la suite du Conseil extraordinaire des ministres de samedi auront été annoncées.

natasha.donn@algarveresident.com