Paulo Portas a déclaré dimanche qu’il « voudrait faire un effort » pour continuer à être l’un des trois anciens présidents du CDS-PP qui « n’a jamais quitté le parti », les autres étant Adriano Moreira et Assunção Cristas. « Par respect pour les personnes à qui j’ai demandé la confiance et les militants qui m’ont aidé, je ferai tout ce que je pourrai, y compris demander beaucoup d’indulgence dans mes principes démocratiques, pour maintenir cette position », a-t-il expliqué, dans son commentaire hebdomadaire. sur TVI, abordant la vague de désaffiliation d’éminents militants centristes depuis que Francisco Rodrigues dos Santos a vu le Conseil national approuver le report du congrès prévu les 27 et 28 novembre.

Défendant que l’actuel président du CDS-PP « devrait bien regarder les circonstances », puisqu' »un leader d’un parti démocrate n’annule pas les élections internes pour la simple raison qu’il y aura toujours des doutes s’il les a annulées par peur de perdre eux », Paulo Portas a conseillé à Francisco Rodrigues dos Santos de contacter l’eurodéputé Nuno Melo, l’autre candidat à la direction centriste.

Selon Portas, les deux adversaires devraient parvenir à un accord pour tenir le congrès du CDS-PP avant la date à laquelle le président de la République programmera les élections législatives anticipées, ainsi que des règles de transparence électorale et des « limites à l’animosité dans les discours » qui les deux devraient se conformer. Et aussi l’acceptation du principe selon lequel « celui qui gagne s’intègre et celui qui perd le respect », comme l’ancien leader centriste a rappelé l’avoir fait après les disputes avec Manuel Monteiro, Maria José Nogueira Pinto, José Ribeiro e Castro et Filipe Anacoreta Correia. « 

« Que cela se produise ou non, nous verrons. C’est ce que je ferais, avec l’autorité de l’avoir fait », a déclaré le commentateur de TVI, défendant que ses 16 ans à la tête du CDS-PP – « Je l’ai fait décoller plusieurs fois », a-t-il observé – ont été marqués par « beaucoup d’efforts, beaucoup de résignation, beaucoup de patience et beaucoup d’intégration » des opposants internes.

En contrepoint, Paulo Portas a critiqué les actions des responsables actuels du parti. « J’ai vu ce que j’ai vu, lu ce que j’ai lu, et je pense que la situation est certainement grave », soulignant qu' »un petit parti s’il se divise il devient petit et s’il se divise à nouveau il devient micro » et signalant des cas dans lesquels il considère que le départ de personnalités éminentes a été souhaité par la direction de Francisco Rodrigues dos Santos.

« Je suis très impressionné lorsqu’un annuaire est content du départ de celui qui est probablement le meilleur manager de sa génération, António Pires de Lima, ou quand il est content – ​​comme pour dire ‘on s’en est débarrassé’ – avec le départ d’Adolfo Mesquita Nunes, qui est probablement l’un des chefs les plus brillants du centre-droit au Portugal », a déclaré le commentateur de TVI, pointant « quelque problème de bon sens dans cette façon d’agir » tout aussi évident quand « ils passer deux ans à essayer d’obtenir l’un des meilleurs députés de l’Assemblée de la République, qui s’appelle Cecilia Meireles ».

Espoir d’accord entre Rio et Rangel

Concernant le calendrier électoral, Paulo Portas a défendu que le 30 janvier serait le meilleur choix du Président de la République « du point de vue de la qualité démocratique », car il permettrait la réalisation de tous les débats électoraux entre chefs de parti, avec la campagne à partir du 16 janvier, la date limite de formalisation des coalitions préélectorales le 19 décembre et la présentation des listes de députés le 20 décembre.

Le commentateur a souligné que la date du 16 janvier serait très différente – en écartant le jeu du 9 janvier car il a conduit à la campagne électorale qui a débuté juste après Noël -, puisqu’en cas de victoire de Paulo Rangel aux élections directes du PSD, le 4 décembre, il n’aurait que deux jours pour dresser des listes de députés.

« Pourquoi António Costa et Rui Rio veulent-ils les élections le même jour ? Costa préfère disputer les législatives à Rio avant le PSD. Personne n’en doute. Et Rio veut poser un énorme dilemme pratique pour Rangel », a défendu Portas, disant espérer que Rio et Rangel parviendront à un accord pour que le vainqueur des droits sociaux-démocrates soit chargé de dresser les listes du parti pour les législatives. .