Au cœur du Rossio, à côté de la statue, plusieurs affiches et banderoles donnent le ton à l’initiative, en portugais, espagnol, anglais, arabe : « Boycott de l’apartheid israélien », « La résistance n’est pas du terrorisme » (« La résistance n’est pas du terrorisme « ). ,  » Palestine libre  » ( » Palestine libre « ),  » Fin de l’occupation génocidaire, justice pour Shireen  » ont été des phrases prononcées par plusieurs des personnes présentes, environ 200 personnes.

Les manifestants ont écouté divers discours d’un responsable palestinien, Carlos Almeida du Mouvement pour les droits du peuple palestinien et la paix au Moyen-Orient, le chef du Bloc de gauche Fabian Figueiredo, le député PCP Bruno Dias et le major Mário Tomé, de Association du 25 avril.

« Nous assistons à un projet d’occupation et de nettoyage ethnique qui avance chaque jour, avec la complicité de la communauté internationale. Shireen a été assassinée non seulement parce qu’elle était journaliste, mais aussi parce qu’elle était palestinienne », a déclaré Carlos Almeida dans son discours, très applaudi.

Almeida a également estimé que « le gouvernement portugais et les instances souveraines doivent rendre des comptes », et sans manquer de regretter le texte rendu public par le ministère des Affaires étrangères sur la mort du reporter, « indigne du Portugal en avril ».

Mégaphone à la main, active dans la diffusion de slogans, Dima Mohamed, une Palestinienne qui vit à Lisbonne, a exprimé à Lusa, à la fin de la concentration, l’espoir de sentir que son peuple n’est pas seul.

« Ce sont des jours très difficiles, voir le journaliste assassiné, parce que c’était un meurtre. Mais avec les médias parlant d’une situation confuse, ce n’était pas clair malgré les gens sur le terrain qui disaient exactement ce qui s’était passé. Tout était clair, mais cela ne se reflète pas dans les médias », a-t-il déclaré.

« Ce n’est pas une période facile, mais voir des gens ici aujourd’hui est ce qui nous donne de la force. Très optimiste de voir des gens ici parler de la Palestine, dire que nous ne sommes pas seuls. Nous sommes avec des gens qui croient en la justice et en la force des peuples pour réaliser leurs droits, leurs aspirations légitimes. Justice, dignité, liberté ».

Toujours au centre de la place, certains présents insistent pour rester, agitant des drapeaux palestiniens, prenant des photos, hissant leurs affiches : « Ce n’est pas un conflit, c’est de l’apartheid », « De Lisbonne à Jénine, justice pour Shireen », aussi en arabe.

« Nous sommes ici pour amplifier la voix de mon peuple dans sa juste lutte contre l’oppression, l’occupation et le génocide israélien. Et d’entendre la voix solidaire des Portugais qui veulent aussi parler de solidarité, qui refusent cette complicité silencieuse du monde sur ce qui se passe en Palestine », a poursuivi Dima Mohamed, d’un ton convaincu.

« Nous sommes ici pour dire qu’Israël ne peut pas continuer avec cette impunité. (…) Il faut que ça finisse, ça fait 74 ans que la Nakba [A Catástrofe, como designam a limpeza étnica da população palestiniana no decurso da fundação do Estado de Israel em 1948]et ça continue, ce n’est pas fini ».

La « voix de la solidarité des Portugais », Dima dit qu’il peut aider à « amplifier la voix du peuple palestinien ».

Et il montre la voie : « Il est important d’y voir clair, nous avons un système de colonialisme qui doit finir, il n’appartient pas à notre époque. Suffisant ».

« L’impunité » était le principal argument de Fabian Figueiredo, du Bloco de Esquerda et d’autres acteurs, devant le discours militant et mobilisateur de Bruno Dias, l’un des nombreux responsables politiques de partis de gauche présents.

« Le fait que les forces d’occupation se sentent libres d’abattre un journaliste au travail – une voix libre, et il n’y a pas de liberté sans presse libre – montre la violence de l’occupation israélienne et l’impunité avec laquelle elle se manifeste au quotidien. base pour le peuple de Palestine », a déclaré le dirigeant du BE à Lusa.

« Aujourd’hui, nous nous sommes joints à plusieurs voix réclamant justice pour la journaliste Shireen Abu Akleh mais surtout la fin de l’occupation israélienne. C’est ce qui nous a amené ici et nous amènera autant de fois que nécessaire. Dénoncer le projet génocidaire et l’instauration de l’apartheid auquel Israël soumet le peuple de Palestine ».

Toujours sur la place, déjà, en période de démobilisation, Filipa, encore très jeune, est en compagnie d’une amie et se demande : « Pourquoi n’y a-t-il pas plus de monde ici ? ».

Mais cela justifie sa présence. Il dit qu’il est « important de représenter un problème qui touche une partie de la population mondiale, mais qui touche aussi tout le monde jusqu’à ce que nous soyons tous guéris. Il est difficile de rester à la maison et d’assister à une série d’atrocités. Pourquoi ne pas venir ici ? ».

PCR // PDF