"Après l'Hôpital dos Covões, à Coimbra, au cours des derniers mois, ayant été une référence dans la lutte contre la pandémie, le dévouement et la qualité des médecins et autres professionnels semblent déjà être oubliés par la tutelle", déplore l'Ordre, dans un communiqué publié aujourd'hui.

L'ordonnance rappelle que le conseil d'administration du Centro Hospitalar e Universitário de Coimbra (CHUC) a annoncé son intention de fermer cette urgence hospitalière, qui a provoqué plusieurs protestations, notamment d'un groupe indépendant de citoyens, qui a marqué mardi un cordon humain, à Covões.

«L'Administration régionale de la santé du Centre, au lieu de rejeter totalement l'idée, de promouvoir une vision intégrée de l'amélioration des services de la région, a indiqué que l'urgence ne disparaîtra pas, mais deviendra plutôt une urgence de base, qui ne sert pas non plus la meilleur intérêt des patients », déplore l'entité qui réglemente la pratique médicale au Portugal.

Selon Miguel Guimarães, président de l'Ordem dos Médicos, la pandémie est venue démontrer «l'importance et le besoin impératif» de services de santé publique de qualité, renforçant cette perception parmi les citoyens.

"Malheureusement, il semble que cette même perception soit, une fois de plus, passée à la fois par le conseil d'administration du CHUC et l'ARS du Centre", déplore le président de l'Ordem dos Médicos.

Miguel Guimarães avance que "l'Ordre des Médecins ne pouvait manquer d'être solidaire et de rejoindre le mouvement qui va promouvoir mardi un cordon humain pour la défense de Covões".

Le président affirme que «la lutte contre le covid-19 n'est pas encore terminée, plus que jamais le National Health Service connaîtra une période de rétablissement très difficile, avec des milliers de patients voyant leurs problèmes de santé non diagnostiqués ou aggravés par examens, consultations et chirurgies non marqués ».

Dans ce contexte, ajoute-t-il, "il est" impensable que l'Hôpital dos Covões perde sa différenciation, voyant son urgence se transformer en une urgence de base, avec moins de valences et moins de spécialités et avec une réponse bien en deçà des besoins ".

Le président du CHUC (Centro Hospitalar e Universitário de Coimbra), Fernando Regateiro, a souligné, le 24 mai, l'importance pour Covões d'accueillir les «fonctions d'assistance pertinentes» et a nié leur vidange présumée.

"Il n'y a aucune intention" d'arrêter d'utiliser Hospital dos Covões pour "localiser les fonctions de soins pertinentes, à la lumière de la réponse mondiale que le CHUC a le devoir d'organiser pour la demande actuellement enregistrée et qui prévoit pour l'avenir", a-t-il alors assuré. Fernando Regateiro, réagissant à un communiqué du PS de Coimbra, qui a appelé le gouvernement à prendre publiquement position sur l'avenir de Covões et à éviter le «démantèlement silencieux» de cet hôpital.

Dimanche, la ministre de la Santé a déclaré qu'elle n'avait aucune connaissance officielle de l'intention du Centro Hospitalar e Universitário de Coimbra (CHUC) de fermer l'Urgência do Hospital dos Covões et a déclaré que toute décision devait être technique.

«Nous n'avons pas encore eu d'approche formelle sur ce sujet, ni par l'administration régionale de la santé du Centre, ni par le conseil d'administration du Centro Hospitalar Universitário de Coimbra», a répondu Marta Temido, lors de la conférence de presse quotidienne sur la situation épidémiologique de la personne convoitée. 19 au Portugal.

Interrogée sur la restructuration des services d'urgence au niveau de base à partir de juillet et sur la possibilité d'une fermeture ultérieure, Marta Temido a déclaré qu'elle était au courant "en lisant les informations" et a promis que toute décision devait être technique. .

RBF (AYR) // SSS