Selon les données d'exécution du budget, publiées aujourd'hui, le solde global de la sécurité sociale enregistré fin mai était inférieur de 1 189,5 millions d'euros à celui enregistré à la même période l'an dernier.

Dans le communiqué publié mensuellement après la publication du résumé de l'exécution du budget, le ministère du Travail, de la Solidarité et de la Sécurité sociale indique que «l'équilibre du sous-secteur de la sécurité sociale reste positif» et que les 634,9 millions d'euros enregistrés à la fin du mois de mai représente «une réduction par rapport à la même période l'an dernier et résulte de l'augmentation des dépenses provoquée par les mesures adoptées dans le cadre de la pandémie de covid-19».

En mai, le chiffre d'affaires effectif atteint 11 839,2 millions d'euros, reflétant une augmentation de 48,2 millions d'euros (+ 0,4%) par rapport à la même période de 2019. Les dépenses effectives s'élèvent à 11 204,2 millions d'euros, ce qui représente une augmentation en glissement annuel de 12,4% (1 237,7 millions d'euros).

L'augmentation du chiffre d'affaires est essentiellement due à l'augmentation de 4,9 millions d'euros des contributions et contributions (correspondant à une variation positive de 0,1%), à un total de 7 154,2 millions d'euros et à l'augmentation des transferts de l'étranger de 141,9 millions d'euros (30,9% de plus que sur la même période).

L'augmentation des dépenses, explique le ministère dirigé par Ana Mendes Godinho, "est essentiellement due aux effets conjugués de l'introduction de mesures exceptionnelles et temporaires dans le cadre de covid-19", ce qui représente une augmentation des dépenses de 596,9 millions d'euros .

La justification de l'augmentation en glissement annuel des dépenses du sous-secteur de la sécurité sociale est également l'augmentation des dépenses de retraite et de compléments de 255,6 millions d'euros (+ 4,2%), à 6 380,6 millions d'euros, de prestations sociales l'inclusion et le complément, pour 38,5 millions d'euros (+ 29,3%), pour 169,8 millions d'euros et les allocations familiales, pour 13,3 millions d'euros (+ 4,2%), pour 330,5 millions d'euros.

Les données de la direction générale du budget sur l'exécution du budget au cours des cinq premiers mois de 2020 indiquent également que jusqu'en mai, les dépenses de prestations de chômage ont enregistré une augmentation annuelle de 13,2% (68,2 millions d'euros), pour un total de 585, 3 millions d'euros.

Dans le rapport accompagnant la proposition de budget supplémentaire de l'État, le gouvernement prévoit de dépenser 1 508,9 millions d'euros d'allocations de chômage en 2020, 320 millions d'euros (27%) de plus qu'en 2019 et 311,2 autres millions d'euros que le montant prévu plus tôt cette année.

Jusqu'en mai, les dépenses d'indemnités de maladie atteignaient 305,3 millions d'euros, reflétant une augmentation sur un an de 17,7% (45,9 millions d'euros).

En revanche, les dépenses relatives aux allocations parentales ont augmenté de 14,7% (35,4 millions d'euros) à 276,4 millions d'euros, tandis que celles des programmes d'action sociale et des prestations sociales ont augmenté de 8,2% (58 millions d'euros). euros) à 762,6 millions d’euros.

LT // JNM

Contenu OE2020: l'excédent de la sécurité sociale chute de 65,2% à 634,9 ME jusqu'à ce que mai apparaisse pour la première fois à Visão.