«La coopération bilatérale a augmenté de 4% par rapport à la valeur initiale de 2020, de 16 millions à 16,6 millions», a commencé par dire le ministre, interrogé par le Bloc de gauche dans le débat sur la spécialité du budget de l'Etat de chiffres publiés mardi par la Plateforme portugaise des organisations non gouvernementales pour le développement (ONGD).

En matière de coopération internationale, a-t-il poursuivi, l'institut Camões «a prévu des virements pour 2021, 12 millions de moins que ceux effectués en 2020», qui étaient de 30 millions, des virements qui «sont sur le compte Camões» et dont l'utilisation «ne dépend que de vous , Camões et exécution du projet ».

"Trente moins 12 font 18, soit plus de 600 milliers d'euros de coopération bilatérale et plus de 18 millions de coopération internationale", a déclaré le ministre.

La plateforme portugaise des ONGD a déclaré mardi que la proposition OE 2021 prévoyait une réduction de plus de 25 millions d'euros des fonds classés dans la catégorie Aide publique au développement (APD), soulignant que ces fonds «diminueront de plus de 8%. par rapport à 2020 ».

Selon le ministre, et toujours en réponse à BE, l'évaluation faite par la plateforme "n'est pas l'évaluation techniquement correcte", car la valeur d'ADP "est déterminée dans la logique d'exécution et non dans la logique de prévision".

«Le volume financier de l'aide à la coopération est loin d'être épuisé en aide publique au développement au sens strict, et c'est pourquoi, au sein de l'OCDE, nous essayons depuis plusieurs années de trouver une autre métrique qui nous permettra de rendre compte de tout le volume de financement disponible. pour la coopération au développement », a-t-il déclaré.

Selon le ministre, «le cas portugais en est un cas évident», étant donné que jusqu'en 2015, le Portugal, «aussi étrange que cela puisse paraître, était un contributeur net à l'Union européenne en termes de coopération».

«Autrement dit, ce que nous avons payé à l'UE dans le quota annuel pour financer la coopération européenne était bien supérieur au volume des ressources financières associées aux projets européens gérés par le Portugal, en particulier ceux gérés dans des pays qui sont des partenaires essentiels de la coopération portugaise, tout d'abord les pays Pays lusophones d'Afrique et d'Asie ».

Cette situation a été corrigée, a souligné le ministre, mais cette correction n'est pas visible lorsqu'on regarde ADP "au sens strict".

Dans sa première intervention, Augusto Santos Silva a déclaré que la coopération est l'une des priorités envisagées dans le budget du ministère des Affaires étrangères pour 2021, année au cours de laquelle le Portugal a «de très grandes responsabilités».

Ces responsabilités comprennent l'élaboration d'un nouveau concept stratégique pour les années à venir, la finalisation de nouveaux programmes stratégiques avec la Guinée-Bissau et São Tomé et Príncipe et le programme de coopération spécifique pour lutter contre la pandémie de covid-19 avec les pays africains en Langue officielle portugaise (PALOP) et avec le Timor-Leste.

MDR (CFF) // JH

Le contenu OE 2021: MNE nie la réduction de la coopération et parle d'une augmentation de 18,6 millions apparaît d'abord à Visão.