Le ministre des Finances, João Leão, a admis aujourd'hui que l'État pouvait intervenir dans Novo Banco «en tant qu'actionnaire», à l'exclusion de l'apport de capital dans le cadre du mécanisme de capital contingent, dans la limite de 3,9 milliards d'euros.

«Si, par hasard, il y avait une intervention de l'État, ce serait dans un autre contexte (autre que le plafond du Mécanisme de Contingent Capital), ce serait l'État en tant qu'actionnaire, ce serait différent. En d'autres termes, cela n'a rien à voir avec le mécanisme dont nous parlons, et que l'État, dans le contexte d'actifs problématiques, peut être appelé à hauteur de 3,9 milliards d'euros », a déclaré João Leão au Parlement, en réponse à une question de la députée Mariana Mortágua, de BE.

Le Fonds de résolution, une entité associée à la Banco de Portugal qui entre dans le périmètre des administrations publiques et représente le déficit, détient 25% de Novo Banco. Les 75% restants appartiennent à Lone Star, qui a acheté cette partie de la banque en 2017.

João Leão a également estimé que les déclarations faites par le président exécutif de Novo Banco, António Ramalho, concernant un éventuel besoin de capitaux plus important que prévu, lié à 2020, «sont hors du temps».

"Je pense que le président de Novo Banco devrait, à ce stade, se concentrer sur la bonne gestion de Novo Banco jusqu'à la fin de l'année, et dans ce rôle, compte tenu de l'implication et des efforts déployés par le pays", a-t-il ajouté.

Le nouveau ministre des Finances a souligné que dans le budget supplémentaire "il n'y a pas de budget prévu pour renforcer la Novo Banco cette année", et a assuré "qu'il n'y a pas de budget au-delà des 3,9 milliards d'euros".

La question a été posée par une nouvelle de Público aujourd'hui, qui, se référant au contrat de vente de la banque à Lone Star, déclare que "dans un scénario d'adversité extrême", une injection automatique de l'État est garantie pour garantir la solidité de l'institution, si l'actionnaire privé n'est pas en mesure de résoudre le problème.

«Le maximum autorisé qui peut être appelé dans le cadre d'actifs problématiques est de 3,9 milliards. Il n'y a pas de lien direct entre la pandémie ou une crise extrême et ce que Novo Banco peut apporter dans le cadre de cet accord », a expliqué le ministre.

Cependant, João Leão a déclaré qu'il y a "un problème différent, qui n'a rien à voir avec cela et qui se pose également, dans une certaine mesure, dans d'autres banques, qui est la question, s'il y a des événements extrêmes, des questions peuvent être posées, à l'avenir, sur le capital de ces banques ».

"Les ratios de fonds propres des banques doivent être respectés", a déclaré le ministre, auquel cas "il faudrait trouver des mécanismes d'injection de capital dans la Novo Banco", qui seraient "soit de l'actionnaire actuel, soit d'autres actionnaires".

Plus tard, en réponse au député Chega André Ventura, João Leão a déclaré que «s'il y a des situations extrêmes qui affectent le capital de la banque, il doit y avoir une solution», qui «doit subir de nouvelles injections de capital, qui peuvent être d'autres entités privées, qui peuvent, au final, même appartenir à l'État lui-même, mais alors l'État aurait aussi une partie de la banque ».

Le président exécutif de Novo Banco a admis que l'institution aura besoin de plus de capital que prévu pour cette année, compte tenu de l'impact de covid-19, modifiant ainsi l'estimation qu'elle avait déjà fournie au Fonds de résolution.

«Au début de chaque année, nous faisons toujours une prévision et la remettons au Fonds de résolution. Naturellement, (cette année), la différence est entre la prédiction que nous avons faite avant la convoitise et celle que nous ferons après la convoitise », a déclaré António Ramalho, dans une interview conjointe avec Jornal de Negócios et Antena 1.

Ainsi, comme l'a souligné ce responsable, la «détérioration de la situation économique» prévoit que la banque aura besoin de «besoins en capital légèrement supplémentaires» à ceux qui ont été estimés.

Cependant, le président exécutif de Novo Banco a refusé d'anticiper les chiffres, soulignant qu'ils ne seront connus qu'à la fin de l'année.

À Lusa, Novo Banco a précisé plus tard que «les besoins en capital référés ne seront annoncés qu'en 2021, comme stipulé dans le contrat» et «après l'approbation des comptes de fin d'exercice, audités et vérifiés par Olivier Wyman».

L'argent reçu par Novo Banco pour recapitaliser s'élève à 2 978 millions d'euros depuis 2017, après que, le 8 mai, le gouvernement a confirmé qu'une nouvelle injection de capital avait été effectuée par le Bank Resolution Fund.

Le montant transféré, au cours de la semaine en question, à Novo Banco par le Fonds de résolution (entité financée par des banques opérant au Portugal qui consolide ses comptes publics) a été effectué dans le cadre du mécanisme convenu lors de la vente de Novo Banco à Lone Star (en 2017 ), le Fonds de résolution indemnisant la banque des pertes sur les actifs avec lesquels il est resté dans la résolution de BES.

Cependant, comme le Fonds de résolution ne dispose pas des fonds nécessaires aux injections de capital chez Novo Banco, il demande de l'argent à l'État chaque année, remboursant le prêt sur 30 ans.

Cette fois, sur les 1 037 millions d'euros que le Fonds de résolution a investis dans Novo Banco, 850 millions d'euros provenaient directement de l'État.

Au total, Novo Banco a déjà reçu 2 978 millions d'euros du Fonds de résolution pour recapitaliser, dont 2 130 millions d'euros provenant de prêts du Trésor.

Novo Banco a enregistré des pertes de 1058,8 millions d'euros en 2019, en baisse par rapport aux 1412,6 millions d'euros enregistrés en 2018.

Au premier trimestre 2020, l'institution financière a totalisé une perte de 179,1 millions d'euros, à comparer avec un résultat net négatif de 93,1 millions d'euros enregistré à la même période de l'année précédente.

JE (PE / MSF / IM) // JNM