Cette année, le fonds financier Eurimages, créé en 1988, soutiendra la production de 20 films de fiction, un film d'animation et cinq documentaires, pour un total d'environ 6,1 millions d'euros, selon un communiqué du Conseil de l'Europe rendu public aujourd'hui. .

Eurimages a alloué 310 milliers d'euros à la coproduction franco-portugaise "Selvajaria", de Miguel Gomes, sélectionné pour une programmation du Festival du film de Locarno (Suisse), en août, créée à la suite de la convoiture 19, et 180 milliers d'euros pour la coproduction , répartie entre la France, le Portugal et la Belgique, pour «Bruxa», de Cristèle Alves Meira.

Selon le Conseil de l'Europe, cette année «52% des projets soutenus sont réalisés par des femmes, avec 2,5 millions d'euros réservés à ces projets, ce qui représente 41% de la valeur totale».

En raison des «difficultés causées par la pandémie de Covid-19», l'équipe qui gère Eurimages a décidé de porter la validité de l'assistance de 12 à 20 mois, «depuis la date de la décision du conseil d'administration d'Eurimages».

"Savagery" est le nouveau film de Miguel Gomes, Portugal avec le producteur The Sound and the Fury, une coproduction avec la France, le Brésil, la Chine et la Grèce, arrêtée à cause de covid-19.

Le film est une adaptation gratuite de l'œuvre littéraire brésilienne "Os Sertões", d'Euclides da Cunha, "rendant compte de la guerre obscure qui a eu lieu à Bahia en 1897", explique le producteur.

Avec le scénario de Mariana Ricardo, Maureen Fazendeiro, Miguel Gomes et Telmo Churro, «Selvajaria» succède au triptyque du réalisateur «As mil e uma noite» (2015).

«Selvajaria» a été sélectionné pour un programme au Festival du film de Locarno (Suisse) en août, créé à la suite du Covid-19.

Le programme – intitulé «The Films After Tomorrow» («The Movies After Tomorrow») – vise à soutenir «les cinéastes qui ont été contraints d'arrêter de travailler à cause de la pandémie», avec un jury décernant des prix aux meilleurs projets, d'un montant compris entre 65 milliers d'euros et 46 milliers d'euros.

«Bruxa» est le premier long métrage de fiction de Cristèle Alves Meira, qui vit à Paris et a des racines portugaises entre Viana do Castelo et Trás-os-Montes, une région dans laquelle elle revient plusieurs fois par an pour produire du pétrole.

C'est là que "Witch" se déroulera également cette année.

JRS (SS) // MAG