Le maire de Coimbra s’est inquiété de la possibilité que le projet de transfert de la Cour constitutionnelle et de la Cour suprême administrative à la ville puisse tomber dans le vote final, après avoir été approuvé aujourd’hui dans la spécialité.

« Je le regarde avec satisfaction, à savoir le fait que le Bloc de gauche a adhéré positivement à l’initiative [do PSD], mais avec inquiétude que la proposition n’ait été approuvée qu’en commission et puisse être rejetée en plénière, car elle n’a pas recueilli la majorité des voix des députés effectifs. Cela rendrait la délocalisation impossible », a-t-il déclaré à l’agence Lusa José Manuel Silva.

Le parlement a approuvé aujourd’hui dans la spécialité le projet social-démocrate de transfert du siège de la Cour constitutionnelle et de la Cour administrative suprême à Coimbra, avec des voix en faveur de BE et PSD, et l’abstention du PS et du PCP.

Cependant, lors du vote global final sur la loi, la Constitution exige que les lois organiques soient approuvées à la majorité absolue des députés.

Le maire de Coimbra, élu par la coalition Juntos Somos Coimbra (qui comprend le PSD), a appelé le PS et le PCP à « changer de sens de vote et être en faveur du pays et pas seulement en faveur de Lisbonne », afin de pour ne pas faire dérailler « cette importante proposition de déconcentration du pays, qui doit avoir un parallèle dans d’autres décisions et d’autres institutions nationales ».

Si les socialistes s’abstiennent, comme ils l’ont fait dans la spécialité, José Manuel Silva estime que cela mettra en lumière, « une fois de plus, les contradictions du PS, qui a un ministère de la Cohésion, mais qui ne pratique pas la cohésion ».

« La délocalisation, la déconcentration de la Cour constitutionnelle et de la Cour administrative suprême contribuent effectivement à la cohésion du pays, à l’instar de ce qui se passe en Allemagne, où aucune juridiction supérieure n’est située à Berlin », a-t-il souligné.

Si le projet n’est pas approuvé lors du vote final, José Manuel Silva garantit que la municipalité n’acceptera pas cette décision « à la légère » et qu’elle « défendra les intérêts du pays, notamment parce qu’il doit y avoir d’autres déconcentrations d’autres entités vers d’autres villes. dans le pays. ».

Concernant la proposition de transfert du siège de l’Entité des comptes et des financements politiques (ECFP) – votes contre PS, abstention PCP et votes pour PSD et BE -, le maire de Coimbra considère que les arguments des socialistes est « absurde ».

« Aujourd’hui, il n’est pas nécessaire que l’Entité Comptable entre au siège d’un parti pour analyser les comptes. Au contraire, elle effectue son analyse de manière indépendante et, en cas de soupçon, elle en informe les autorités », a-t-il déclaré, rejetant totalement l’argument selon lequel cette entité devrait être proche du siège des partis.