Sonae MC « répudie absolument » et fera appel en justice de la condamnation de l’Autorité de la concurrence (AdC) pour participation à un système de fixation des prix, rejetant « toute concertation » et considérant l’amende de 27,48 millions d’euros comme « inexplicable ».

« Sonae MC désavoue catégoriquement cette décision de condamnation, manifestement erronée et infondée, et rejette l’accusation d’implication de sa filiale. [Modelo Continente Hipermercados] dans tout accord ou concertation de prix, au détriment des consommateurs, ainsi que l’application de toute amende, dont la valeur est d’ailleurs inexplicable pour tous les titres », soutient-il dans une note envoyée ce jour à l’agence Lusa.

Annonçant qu' »elle fera appel de cette décision de l’AdC devant les tribunaux », Sonae MC garantit qu’elle « utilisera tous les moyens à sa disposition pour éclaircir pleinement les faits qui lui sont reprochés, défendre sa réputation et affirmer ses valeurs ».

Comme cela a été reconnu par toutes les parties prenantes et par AdC lui-même ».

« Sonae MC a toujours pour objectif clair de présenter à ses clients la meilleure offre de produits et services, en termes de prix et de qualité, et pour cela, elle rivalise avec confiance, détermination, intégrité absolue et sur la base de ses propres mérites », réitère .

L’AdC a annoncé mercredi avoir infligé une amende totale de plus de 92,8 millions d’euros à SuperBock, Modelo Continente, Pingo Doce, Auchan, ITMP (Intermarché Portugal) et à deux particuliers pour entente sur les prix.

Dans un communiqué, le Concours a expliqué que « l’enquête nous a permis de conclure que grâce à des contacts établis via le fournisseur commun, sans avoir besoin de communiquer directement entre elles, les entreprises participantes ont assuré l’alignement des PVP. [Preço de Venda ao Público] dans leurs supermarchés, dans un complot équivalent à un cartel, connu dans la terminologie du droit de la concurrence sous le nom de « hub-and-spoke » ».

Comme l’a souligné l’AdC, cette pratique élimine la concurrence et prive les consommateurs de la possibilité de meilleurs prix, « assurant de meilleurs niveaux de rentabilité pour l’ensemble de la chaîne de distribution ».

Parmi les différentes entreprises visées, Super Bock Bebidas a écopé de l’amende la plus élevée (33,296 millions d’euros), suivie de Modelo Continente Hipermercados (27,48 millions d’euros), Pingo Doce (20,362 millions d’euros), Auchan Retail Portugal (3,463 millions d’euros) et ITMP Food (8,265 millions d’euros).

Il y a également des amendes de 423 euros et 113 euros pour deux dirigeants individuels de Modelo Continente.

Mercredi également, Super Bock Bebidas a répudié l’amende infligée par AdC, garantissant qu’elle respecte la loi et qu’elle fera appel devant le Tribunal de la concurrence.

Aujourd’hui, Pingo Doce a également garanti que l’amende qui lui a été infligée était « totalement infondée » et a informé qu’elle allait  » contester judiciairement  » la décision, tandis qu’Auchan a réfuté  » totalement  » l’accusation, dont elle fera également  » appel en justice « .

Lusa a contacté Intermarché Portugal, mais une source officielle a déclaré que l’entreprise ne commenterait pas la décision d’AdC.

« En l’espèce, l’enquête de l’AdC a déterminé que la pratique avait duré plus de 12 ans, entre 2003 et 2016, et visait plusieurs produits Super Bock, notamment les bières Super Bock, Carlsberg, Cristal et Cheers, les eaux Vitalis et Água das Stones, et aussi le cidre Somersby », a déclaré l’AdC.

La concurrence imposait la « cessation immédiate » de la pratique, compte tenu du fait qu’il n’était pas possible d’exclure la possibilité que le comportement en question soit toujours en cours.

PD (PE) // MSF

Le contenu que Modelo Continente « répudie absolument » et fera appel de la décision du Concours apparaît d’abord dans Visão.