Dans un communiqué rendu à la Commission portugaise du marché des valeurs mobilières (CMVM), Media Capital déclare que «la combinaison d'une reprise, certes instable, de la normalité de l'activité économique, avec une nette amélioration des audiences à la télévision, le numérique et la poursuite de le leadership des radios du groupe, ainsi que la tendance à la normalisation de l'activité de production de contenus, laissent entrevoir une amélioration des indicateurs financiers dans les prochains mois ».

Media Capital avait publié des données provisoires pour le premier semestre le 9 août.

Concernant les perspectives d'avenir, Media Capital «réitère l'espérance de continuité des opérations, en tenant compte du fait que le groupe a une longue histoire de leadership et de rentabilité proche en termes chronologiques du moment présent», et que «l'événement de la pandémie, malgré les fortes répercussions économiques, semble être temporaire ».

Media Capital ajoute que «cette période a coïncidé avec, et s'est rapidement accentuée, un contexte de réduction marquée des parts d'audience à la télévision généraliste» et, compte tenu de la nature de l'activité télévisuelle, «le bilan montre que les quotas peuvent fluctuer et, effectivement oscillent avec une vitesse et une dimension appropriées ».

Dans le communiqué, la société a déclaré que "ces derniers mois, il y a des preuves d'une reprise de l'audience des chaînes de télévision du groupe, ce qui corrobore le scénario de normalisation décrit ci-dessus".

Le propriétaire de TVI affirme que «le renforcement supplémentaire du contenu est mis en œuvre à partir de septembre» et qu '«en juin il y a eu un assouplissement des impacts négatifs, dans la perspective d'un meilleur contrôle de la pandémie et de l'assouplissement consécutif du confinement, qui a amélioré les conditions des agents économiques, rendant ce fait également visible dans l'activité du groupe ».

L'amélioration "est réitérée dans les premières indications du troisième trimestre, malgré l'incertitude qui subsiste sur la durée de la pandémie et ses impacts futurs", souligne-t-il.

Les opérations radio et numérique, ajoute-t-il, «font preuve de robustesse dans les principaux indicateurs de performance (audiences)».

«De cette manière, c'est à travers l'amélioration continue des contextes externes et internes que le groupe anticipe un renforcement de sa position concurrentielle dans le secteur et une réduction substantielle des comparaisons financières au cours du second semestre 2020», souligne l'entreprise dirigée par Manuel Alves Monteiro .

Le groupe Media Capital a enregistré une perte de 14,4 millions d'euros au premier semestre de cette année contre 5,9 millions de bénéfices sur la même période en 2019.

Le résultat opérationnel recule de 36% à 55,3 millions d'euros et le résultat avant impôts, intérêts et amortissements (EBITDA) est négatif de 11,2 millions d'euros, contre un résultat positif de 14,2 millions d'euros un an plus tôt.

Les revenus de la télévision (TVI) ont reculé de 34% à 46,2 millions d'euros et les revenus de la radio et du divertissement de 48% à 6,2 millions d'euros sur la période sous revue.

Les revenus de la production audiovisuelle ont également baissé de 27% à 11,1 millions d'euros.

Au cours des six premiers mois de l'année, les revenus publicitaires ont chuté de 37% à 37,3 millions d'euros, a déclaré Media Capital.

«Dans tous les segments, l'impact prédominant était dû à la pandémie», justifie le propriétaire de TVI.

«Les autres produits d'exploitation, composés essentiellement des revenus de la production audiovisuelle, des services multimédias et des revenus de la transmission de signaux, diminuent de 34%, principalement en raison d'une baisse des revenus liés aux services multimédias et aux droits de signal», poursuit le groupe.

Dans le segment de la télévision (chaînes TVI), les revenus publicitaires ont diminué de 36% à 30,3 millions d'euros et l'EBITDA est devenu négatif (-10,3 millions d'euros), contre un résultat positif au premier semestre 2019 sur 8, 7 millions d'euros.

«Les autres revenus, qui comprennent, entre autres, les revenus de transfert de signaux, les ventes de contenus et de services multimédias, ont diminué de 31%, en raison d'une baisse des revenus des services multimédias et des droits de signal», Les charges d'exploitation ajustées, y compris celles liées à la restructuration, ont diminué de 9%, malgré le pari sur le contenu, précise le groupe.

Dans la production audiovisuelle, l'EBITDA s'est dégradé à moins de 2,5 millions d'euros.

Plural, qui était en «licenciement», «continue d'être l'un des principaux acteurs du secteur de la production audiovisuelle, avec une présence très pertinente également en termes de moyens de production et de scénarios», ajoute Media Capital, soulignant que la réduction de la production audiovisuelle était due à la pandémie et "a conduit à un arrêt de la production, qui a depuis repris dans le courant du mois de mai".

Dans le segment de la radio et du divertissement, la publicité recule de 40% à 5,9 millions d'euros et l'EBITDA de 84% à 934 milliers d'euros.

"La dette nette s'établit à 93,5 millions d'euros à fin juin 2020, enregistrant une augmentation de 5,0 millions d'euros par rapport à fin 2019", précise-t-il.

ALU // SR

La perspective de Media Capital sur «l'amélioration des indicateurs financiers» dans les mois à venir apparaît d'abord dans Visão.